Sauvons la Dhuis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 9 juin 2016

Fort de Vaujours : les contaminations radioactives se multiplient

Fort de Vaujours : les contaminations radioactives se multiplient

Sur le fort de Vaujours, les découvertes de contaminations radioactives se multiplient. Sans la visite « surprise » de l’Autorité de Sureté Nucléaire et la divulgation de son rapport délivré en Février dernier, ce n’était pas au travers des présentations de Placoplâtre diffusées lors des réunions liées à la Commission de Suivi de Site montée par la Ministre de l’environnement, que l’on aurait appris quoi que ce soit.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

La partie immergée de l’iceberg commence à s’entrevoir. Ainsi, on apprend maintenant :

  • La découverte de multiples zones contaminées en matière(s) radioactive(s) dans plusieurs bâtiments du site. L’ASN précise dans son rapport que les analyses sont toujours en cours, les bâtiments n’ayant été que partiellement inspectés. Placoplâtre n’a diffusé aucun rapport technique détaillé, on ne connait donc pas à ce jour, la dangerosité des matières radioactives en question.
  • La découverte d’une canalisation contaminée en matières radioactives, bouchée avec du béton s’écoulant vers un puit plongeant directement dans la pierre à plâtre que Placoplâtre désire exploiter.
  • La découverte d’éclats de RADIUM, matière radioactive particulièrement dangereuse.
  • Des témoignages recueillis par la CRIIRAD début Avril mentionnent des expériences réalisées avec du TRITIUM.
  • Le CEA a annoncé également le 01 Avril 2016 avoir utilisé dans le cadre de ses expériences de l’uranium de retraitement. En clair, des déchets radioactifs issus de combustibles usagés de centrales nucléaires contenant du PLUTONIUM, de l’AMERICIUM et du NEPTUNIUM. Oui, vous avez bien lu, difficile de faire PIRE. Ces informations changent radicalement la donne sur la dangerosité de la contamination radiologique du Fort de Vaujours. Le CEA a admis qu’il restait 2,7 tonnes de cet URANIUM dans l’annexe technique d’expérimentation du Fort de Vaujours située en périphérie de Reims (Moronvilliers). Quelle quantité de ces déchets nucléaires est enfouie dans les puits du Fort de Vaujours ? Le mystère reste entier.
  • Des analyses de l’eau présentent également une anomalie au niveau de la fosse d’Aiguisy qui jouxte le fort avec une concentration en URANIUM 10 fois supérieures à la source des Malades localisées sur la commune de Courtry. Placoplâtre n’a pas daigné verser les documents techniques à la commission. L’ASN a déclaré par voie de presse n’avoir rien reçu et avoir découvert cela sans plus d’explication courant Février. Il convient de spécifier qu’une analyse par temps de pluie sur le Fort de Vaujours courant 2013 avait révélé des taux de radioactivité anormaux au niveau d’un puisard. La CRIIRAD que nous avons contacté considère que les taux relevés dans la fosse d’Aiguisy sont des anomalies qui méritent une analyse fine afin de cerner la nature exacte de concentrations d’URANIUM présentes dans l’eau.

Fort-de-Vaujours_Drone_MP_01.png

Extrait du Documentaire les Kamikazes de Vaujours

Quand on pense qu’entre 2010 et Février 2014, la stratégie de Placoplâtre et des services de l’Etat (CEA, IRSN, PREFECTURES,…) a été de nier catégoriquement la présence de contaminations radioactives sur le fort de Vaujours, ces révélations laissent songeuses. En lisant leurs dernières déclarations dans la presse, cette société filiale de Saint-Gobain, jusqu’au boutiste, ose encore tenter de minimiser la nature du problème et l’ampleur des contaminations.

C’est par des révélations de salariés de Brunel Démolition, en charge de la destruction de centaines de bâtiments du Fort, que nous apprendrons que les travaux sont à l’arrêt depuis fin Janvier 2016, suite à un litige commercial avec Placoplâtre. Ce « litige » est apparu bizarrement suite à la visite surprise de l’ASN afin de faire le point sur les contaminations radioactives découvertes.

Selon les informations que nous avons obtenu, la société pressentie pour remplacer Brunel Démolition est la société CARDEM. Une des sociétés pressenties pour le retrait des terres est la société COSSON, filiale SCREG, COLAS et BOUYGUES. Des salariés de ces sociétés très inquiets pour leur santé et apeurés à l’idée de perdre leurs emplois, nous ont contacté à de multiples reprises.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, demande aux Maires de Courtry et Coubron de sortir de la simple posture et de faire enfin ce qui est nécessaire et indispensable pour préserver les populations ainsi que les travailleurs.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, redemande avec Force l’abandon immédiat et inconditionnel du projet insensé d’exploitation des sous-sols du Fort de Vaujours par la société Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le Collectif Sauvons la Dhuis, redemande à Ségolène Royale, en sa qualité de Ministre de l’Environnement de faire enfin ce qui est nécessaire et indispensable pour préserver la santé des habitants de l’Est Parisien et que toute la lumière soit faite pour expliquer pourquoi 52% des hommes et 49% des femmes décèdent de cancers sur la ville de Courtry ?

Le Collectif "Sauvons la Dhuis"

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 28 avril 2016

Fort de Vaujours - Article de Charlie Hebdo

CHARLIE HEBDO - 27/04/2016 - DÉPOTOIR ATOMIQUE PLUIE D'URANIUM SUR LE FORT DE VAUJOURS

C'est commode. Pendant des décennies, on balance de l'uranium sur des centaines d'hectares - de Vaujours à Moronvilliers - et puis on se tire. Mais cette fois, le CEA est tombé sur un satané casse-couilles. Aura-t-on bientôt droit à du plâtre radioactif ?

Même si c'est impossible à croire, je dois t'assurer, ami lecteur, que cette histoire est ravissante. Charlie en a déjà parlé en janvier 2014, mais il y a du nouveau. Soit un fort militaire situé à Vaujours (Seine-Saint-Denis), dont les 45 hectares débordent sur la Seine-et-Marne. Construit à partir de 1874 pour protéger Paris des uhlans, il a été utilisé dès 1955 par le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) pour y tripatouiller des détonateurs de bombes nucléaires. On y tire sans le moindre contrôle des projectiles à l'uranium, on patauge dans les radionucléides, et puis on donne un tour de clé, car on se barre. En 1997. Là-dessus, Placoplatre rachète, en 2010. Cette filiale de Saint-Gobain veut exploiter le gypse qui se trouve sous la colline du fort, et c'est aussitôt le merdier car un casse-bonbons inouï décide de se pointer sur le site avec un petit compteur Radiatex 15-03 à 250 euros. Après avoir ouvert une brèche à la pelle sous le grillage du site, Christophe Nédélec pénètre illégalement dans le fort au cours de la nuit du 9 mai 2011 et démontre en une heure chrono que Vaujours est un dépotoir atomique made in France. Car ça crépite, et pas qu'un peu.

OUI NE CHERCHE PAS NE TROUVE RIEN

Expertises — celle de la Criirad montre l'ampleur des pollutions —, contre-expertises, enfumages divers occupent les esprits pendant des années. Placoplatre, qui commence à regretter son bel achat, confie à Brunel, un poids lourd de la démolition, le soin de détruire casemates et bâtiments. Officiellement, depuis Une visite sur place en 2011 de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), la radioactivité autour du fort n'est pas plus élevée que le bruit de fond naturel. Retiens ça, ça va servir. Brunel installe son matos, commence à travailler et l'on va donc tout droit à la disparition des preuves. Jusqu'à la visite «inopinée» d'inspecteurs de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) le 17 décembre 2015.

Fort2Vaujours_Charlie_Hebdo_Article2.jpg

L'ASN, bien que créée par l'État, rue de temps à autre dans les brancards, et son président, Pierre-Franck Chevet, n'hésite plus à critiquer lourdement les manquements à la sécurité de base dans nos belles centrales nucléaires. Donc, visite. Et rapport. C'est du charabia, pour sûr, mais si l'on s'attarde sur l'antépénultième paragraphe de la page 3, on comprend qu'il y a lézard. Dans la casemate RX1, 14 points de contrôle sont contaminés. Par quel radionucléide ? Silence. Or on n'a cherché que sur une hauteur de 2,5 m, alors que de nombreuses casemates dépassent les huit mètres en hauteur. Encore faut-il ajouter qu'il y a au moins 300 bâtiments sur le site. Preuve s'il en était besoin de l'omniprésence des pollutions, un document contresigné par Placoplatre évoque, lui, 22 sur-faces contaminées pour le seul RX1, ce qui double presque la note. Mais l'industriel, qui parle couramment la novlangue, n'écrit pas radioactivité, mais « points singuliers».

Fort2Vaujours_Charlie_Hebdo_Article.jpg

Par ailleurs, d'autres cadeaux cachés — de mystérieuses canalisations enterrées — commencent à apparaître. Et voici qu'on apprend que Brunei est lourdé du chantier, sans raison évidente. Peut-être — peut-être — pour avoir réclamé, devant les risques avérés du boulot, une sérieuse rallonge à Placoplatre. Comble tout provisoire, Vaujours a un frère jumeau appelé Moronvilliers, dans la Marne. Le CEA s'y est amusé de même sur 500 hectares, usant et balançant à tout-va de l'uranium, dont la bagatelle de 2,7 t se trouve tou-jours au fond de la centaine de puits. Au passage, des poussières de béryllium et de plutonium ont gentiment saupoudré les lieux. L'infernal Nédélec, qui mériterait une médaille, est toujours là. Sur la brèche. De très loin le meilleur connaisseur du dossier. La morale du CEA, de l'IRSN et de Placoplatre est limpide : qui ne cherche pas ne trouve rien. Combien de centaines de lieux contaminés par le nucléaire en France ? Ceux qui nous ont jetés dans la fournaise sont incapables de les nettoyer, pour au moins deux raisons. La première, c'est que le nucléaire, par définition — la leur —, ne saurait être un problème. La seconde, c'est qu'il n'y aura jamais assez de blé pour le faire. La foi atomique, cette faillite.

Fabrice Nicolino - Charlie HEBDO - 27/04/2016

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

lundi 11 avril 2016

Le Parisien - Fort de Vaujours - le chantier de démolition à l’arrêt depuis fin janvier

Le PARISIEN - Fort de Vaujours : le chantier de démolition à l’arrêt depuis fin janvier

Grégory Plesse | 11 Avril 2016, 18h20

VaujoursPlacoBrunel2.jpg

Mais que se passe-t-il au fort de Vaujours ? Pas grand-chose depuis le 28 janvier, date à laquelle la société Brunel, engagée par Placoplâtre pour démolir les anciens bâtiments du Commissariat à l’énergie atomique (CEA), rachetés en 2010, a été remerciée. Pour quelle raison ? Chez Brunel, filiale du groupe Colas, on refuse de répondre, expliquant avoir signé un « accord de confidentialité » avec Placoplâtre.

Le leader du plâtre se montre pour sa part un peu plus disert. « Nous n’étions pas satisfaits des mesures correctives apportées par ce prestataire à notre demande de régularisation d’un certain nombre de différends organisationnels et commerciaux par rapport au contrat ». En clair, Brunel, devant les procédures très strictes qui encadrent ce chantier, réalisé par ailleurs sous l’égide de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), n’a cessé de demander des rallonges financières par rapport au contrat initial, ce qui a fini par lasser Placoplatre.

COURTRY VAUJOURS Fort de Vaujours

Fort de Vaujours, le 25 mars. La base-vie de la société de démolition Brunel est toujours déployée mais l’entreprise a abandonné le chantier depuis fin janvier 2016. (LP/G.P.)

Sur le terrain, on fait encore des découvertes inquiétantes

S’il y a bien une chose dont on est sûr aujourd’hui à propos du fort de Vaujours, c’est que le site est tout sauf assaini. C’est pourtant ce qu’affirmaient tous les organismes officiels intéressés par le sujet jusqu’en… février 2014.

Des mesures contradictoires réalisées par plusieurs laboratoires avaient alors permis de mettre au jour un « point chaud » dans une casemate que l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) s’était empressée de minimiser, estimant que « ces mesures ne peuvent pas être considérées comme représentatives de l’ensemble du site ». Les dernières mesures réalisées disent plutôt le contraire. En effet, lors de la dernière commission de suivi de site, en février, Placoplatre a révélé que sur deux autres casemates, qui n’ont pas été analysées sur l’ensemble de leur surface, ce sont 26 nouveaux points singuliers qui ont été détectés.

En outre, la préfecture évoque « une canalisation horizontale reliant une chambre de tir à un puits, qui a été bouchée par du béton dans le but de fixer la contamination. Elle est identifiée par Placo et le protocole de retrait de cette canalisation est à l’étude ». Reste que cela confirme que des résidus d’uranium ont été évacués par des puits dans le sous-sol et qu’ils ont potentiellement pu contaminer les nappes phréatiques. Or, les analyses radiologiques montrent un écart très net entre les mesures prises à la source des Malades, à Courtry, et à la fosse d’Aiguisy, au nord du fort. Des différences qui « s’expliquent par des variations ou fluctuations naturelles en fonction de la pluviométrie, par exemple ».

Et ces différences, pourraient-elles s’expliquer, par exemple, par l’activité passée du fort, c’est-à-dire jusqu’en 1997 ? « Ce n’est pas à exclure », reconnaît l’ASN, qui apparaît très mal renseigné sur le site. Elle n’est ainsi pas en mesure de proposer autre chose que des hypothèses à propos de ces variations et concernant l’uranium, elle sait simplement qu’il n’y a « pas de preuve qu’il soit d’origine anthropique », sans être non plus sûr à 100 % que cet uranium soit d’origine naturelle… Malgré l’historique accablant du site, l’ASN n’estime pas nécessaire d’en savoir plus car, même si l’uranium est dix fois plus concentré à la fosse d’Aiguisy qu’à la source des Malades, « ces chiffres sont en dessous des normes fixées par l’Organisation mondiale de la Santé pour l’eau de boisson ».

Enfin, on a également retrouvé des fragments de paratonnerre contenant du radium, une substance très toxique. Dans les deux cas, l’ASN considère que ces matières sont « correctement stockées et protégées ».

Une nouvelle déconvenue pour le champion du plâtre, dont le projet controversé d’exploitation d’une carrière de gypse à ciel ouvert sur un site contaminé par de multiples pollutions pendant quarante ans qu’y ont duré les activités atomiques. Placoplâtre assure néanmoins « anticiper un redémarrage des démolitions au début de l’été » et être actuellement à la recherche d’un nouveau prestataire.

Bizarrement, une information d’une telle importance n’a pas été divulguée lors de la dernière commission de suivi de site (CSS), le 10 février dernier. « Nous avions bien déclaré que nous étions en train de reconsidérer le cadre contractuel de notre sous-traitant », se défend Placoplâtre.

Pourtant, personne d’autre au sein de cette commission ne semble s’en rappeler, ni les élus, ni les associations. Et pas même la préfecture, qui nous précise que « Placoplatre a informé officiellement les services de l’Etat postérieurement à la CSS de février 2016 ».

Cette nouvelle péripétie qui a poussé Europe Ecologie-les Verts 93 à réclamer à nouveau « l’abandon du projet et la mise en place de la création d’un comité d’expertise indépendant composé à parité d’associations et de scientifiques reconnus, financés par les pouvoirs publics et non par Placoplatre, comme c’est le cas actuellement ».

Grégory Plesse | 11 Avril 2016, 18h20

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 10 décembre 2015

Documentaire - Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire

Documentaire inédit : Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire ...

Un documentaire sur Fort de Vaujours, de 52 minutes, a été diffusé sur France3 Ile-de-France, Samedi 14 novembre 2015 à 15h20

Pour voir et revoir le documentaire (attention, il ne reste plus que quelques jours) : http://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/emissions/doc-24-paris-ile-de-france/kamikazes-de-vaujours-les-apprentis-sorciers-du-nucleaire.html

Le Collectif Citoyens Courtrisiens et le Collectif Sauvons La Dhuis organise une séance de projection de ce documentaire le mardi 15 décembre à 20 h 30 au cinéma COSMOS, 22 avenue de la Résistance à Chelles (77500) en présence du réalisateur et des intervenants.

Cette séance sera suivie d'un débat, l'entrée est gratuite sur réservation : 01.64.26.00.21 ou cosmos@etoile-cinemas.com. Nous comptons sur vous nombreux.

Fort-de-Vaujours_Drone_MP_01.png

Synopsis du film "Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire" :

Ouvert en 1955 à l'initiative du général de Gaulle, le Centre d'Etudes Atomiques de Vaujours a contribué activement à la création de la bombe atomique française. En 1997, Jacques Chirac ferme ce site situé à seulement 15 kilomètres de Paris. Aujourd'hui à l'abandon, le lieu se trouve confronté à de nombreuses pollutions chimiques et radioactives. Malgré ces inquiétudes environnementales, la société Placoplatre envisage d'ouvrir une carrière à ciel ouvert pour exploiter le gypse, risquant de remettre en suspension des particules nocives.

Comment, à l'époque, l'Etat et les responsables scientifiques du site, appelés « Kamikazes de Vaujours », ont-ils pu envisager d'expérimenter les effets de la bombe atomique aussi près de Paris ?

Et comment, encore aujourd'hui, peut-on envisager l'exploitation de ce site à haut risque sanitaire ?

"Écrit et réalisé par Marc Planeilles" et "une coproduction Crescendo Films et France Télévisions"

Merci à toutes et à tous de votre soutien sur ce dossier brûlant aux portes de Paris

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours Rejoignez nous sur Facebook :

https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter :

https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 12 novembre 2015

Documentaire inédit : Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire ...

Documentaire inédit : Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire ...

Un documentaire sur Fort de Vaujours, de 52 minutes, sera diffusé sur France3 Ile-de-France, Samedi 14 novembre 2015 à 15h20

La bande annonce du documentaire : https://www.youtube.com/watch?v=eZu12K9kipU

Rediffusions : Mardi 24 novembre à 08h50 sur France 3 Bretagne, Pays de Loire, Ile-de-France, Centre Val de Loire, Haute et Basse Normandie.

Pour recevoir France 3 Paris-Ile-de-France partout en France :

  • "ADSL :" Free, Orange, SFR 319 - Bouygues 488 - Bbox Bouygues 188 - Darty 300
  • "SATELLITE :" Canal Sat 368 - Fransat 317 - TNTSat 319 - Numéricable 928

Fort-de-Vaujours_Drone_MP_01.png

Synopsis du film "Kamikazes de Vaujours, les apprentis sorciers du nucléaire" :

Ouvert en 1955 à l'initiative du général de Gaulle, le Centre d'Etudes Atomiques de Vaujours a contribué activement à la création de la bombe atomique française. En 1997, Jacques Chirac ferme ce site situé à seulement 15 kilomètres de Paris. Aujourd'hui à l'abandon, le lieu se trouve confronté à de nombreuses pollutions chimiques et radioactives. Malgré ces inquiétudes environnementales, la société Placoplatre envisage d'ouvrir une carrière à ciel ouvert pour exploiter le gypse, risquant de remettre en suspension des particules nocives.

Comment, à l'époque, l'Etat et les responsables scientifiques du site, appelés « Kamikazes de Vaujours », ont-ils pu envisager d'expérimenter les effets de la bombe atomique aussi près de Paris ?

Et comment, encore aujourd'hui, peut-on envisager l'exploitation de ce site à haut risque sanitaire ?

"Écrit et réalisé par Marc Planeilles" et "une coproduction Crescendo Films et France Télévisions"

Merci à toutes et à tous de votre soutien sur ce dossier brûlant aux portes de Paris

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours Rejoignez nous sur Facebook :

https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter :

https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

lundi 12 octobre 2015

FORT DE VAUJOURS/BOIS GRATUEL : La république bananière

FORT DE VAUJOURS/BOIS GRATUEL : La république bananière

Le projet d’exploitation de Placoplatre sur le Fort de Vaujours a toutes les chances d’augmenter de 30 ha à 46ha. En effet, la Communauté d’Agglomération de Marne et Chantereine (CAMC), propriétaire des 16 ha restants du Fort de Vaujours sur la commune de Courtry, envisage la cession de cet ensemble à Placoplatre.

Fort2Vaujours_Manifestation_20062015_01.JPG

20/06/2015: Notre défilé sur la Nationale 3

Comme justification, le Président de la CAMC Jean-Pierre Noyelles, a déclaré par voie de presse : considérer Placoplatre comme « le seul recours » car la CAMC n’est « capable ni de valoriser ce site, ni de le dépolluer, ni même d’en interdire efficacement l’accès ». Des forages de propection ont déjà été réalisés par le géant du plâtre afin d’évaluer la qualité du gisement.

Un bien curieux revirement sachant que les négociations et ces prospections minières ont été réalisées sans avertir les élus de la commune de Courtry. Le maire, Xavier Vanderbise assure pourtant la vice-présidence de la CAMC. Depuis son élection, ce dernier apporte un soutien actif au collectif « Sauvons la Dhuis ». Il estime « pour le moment impossible d’accorder une quelconque confiance à la filiale de Saint-Gobain».

Article du Parisien "Placoplatre bientôt propriétaire de tout le Fort de Vaujours" : http://www.leparisien.fr/courtry-77181/placoplatre-bientot-proprietaire-de-tout-le-fort-de-vaujours-06-09-2015-5066811.php

Pour rappel, Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, souhaite exploiter une carrière de gypse à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à l’Uranium , très probablement au Béryllium et par d'autres substances particulièrement dangereuses dont la liste exhaustive n’a jamais été établie. Des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale sont aussi présentes sur le Fort.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Malgré de nombreux manquements pointés par l’Autorité de sureté nucléaire lors de l’inspection de juin dernier, et suite à l'abattage des arbres sur 30ha , Placoplatre devrait reprendre la démolition des 215 bâtiments du site avec la bénédiction des préfets de Seine Saint Denis et de Seine et Marne.

Certains de ces bâtiments ont été employés pour des tirs à l’uranium, au Béryllium ainsi qu'à la manipulation de produits hautement dangereux qui devaient être manipulés avec des scaphandres.

Ces « travaux » sont réalisés par des sociétés sous-traitantes : Brunel Démolition, filiale du groupe Colas et Scandella-Paysage.

A la demande de la ministre de l’environnement, Ségolène Royal, une Commission de Suivi de Site (CSS) a été constituée suite à la médiation du collectif Sauvons la Dhuis.

Cette CSS est une mascarade de démocratie et de transparence, elle semble avoir été mise en place au profit exclusif de l’exploitant excluant débats et expertises contradictoires indépendantes. La CRIIRAD ainsi que le collectif Sauvons la Dhuis y ont été volontairement exclus et les informations cruciales à la compréhension des enjeux environnementaux et sanitaires sont gardées secrètes (Nature réelle et précise des quarante années d’expérimentations en détonique nucléaire sur le Fort de Vaujours).

L’Etat « complice » est à la fois, celui qui a pollué, celui qui a vendu et celui qui autorise au profit exclusif d’une societe privée.

Cela ressemble à s’y méprendre à un véritable scandale d’Etat qui remonte jusqu’au sommet du gouvernement.

La plainte que nous avons déposée, grâce aux centaines de donateurs qui nous ont soutenu, a été transférée au Parquet de Paris chargé des affaires de santé publique. Celle-ci sera bientôt amendée avec de nouveaux éléments. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé des suites données.

http://sauvons.dhuis.fr/post/2015/04/28/Fort-de-Vaujours-%3A-la-plainte-a-%C3%A9t%C3%A9-d%C3%A9pos%C3%A9e

L'enquête publique sur l’extension de l’exploitation de Placoplatre au niveau du Bois Gratuel sur la commune de Villevaudé, s'est achevée.

La très grande majorité des élus, des associations et des citoyens des villes concernées s’oppose fermement à la destruction de ce bois situé non loin du Fort de Vaujours.

Le bois Gratuel héberge des espèces protégées au niveau régional et national et sa destruction fragilisera la trame verte et bleue qui relie la Seine Saint Denis et la Seine et Marne.

Interrogée par la Mairie de Villevaudé, fermement opposée à la destruction du Bois Gratuel, la ministre de l’environnement Ségolène Royal a répondu par une lettre qui fait froid dans le dos.

Bois Gratuel - La lettre de Ségolène Royal au Maire de Villevaudé

S’apparentant à un courrier officiel de Placoplâtre, celle-ci s’attache à mettre en avant les intérêts économiques de l’exploitant en ne montrant que très peu d’intérêt pour les écosystèmes de ce bois, maillon essentiel de la trame verte et bleue de l’Est Francilien.

Villevaude_Gratuel_30032015_Triton_Alpestre_03w.jpg

30/03/2015 - Villevaudé - Bois Gratuel : Triton alpestre mâle (Ichthyosaura alpestris). Espéce protégée en France et particulièrement rare en Ile de France.

Comme pour le Fort de Vaujours, l’Etat persiste et signe à favoriser l'industriel en se moquant ouvertement des élus et des populations locales comme si la France était désormais dans une république bananière en contradiction totale avec les espoirs que pourraient créer la COP21.

Pour le Fort de Vaujours comme pour le Bois Gratuel, nous sommes plus que jamais au pied du mur et nous nous devons de réagir pour garantir la santé et la qualité de vie des habitants de l’Est Parisien.

De nouvelles opérations sont en cours de préparation, nous vous tiendrons informés le moment venu…

Merci à toutes et à tous de votre soutien.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

mercredi 8 juillet 2015

FORT DE VAUJOURS/BOIS GRATUEL : AU PIED DU MUR

FORT DE VAUJOURS/BOIS GRATUEL : AU PIED DU MUR

Nous voudrions remercier les plus de 400 personnes qui ont répondu à l'appel de notre manifestation, en date du 20 Juin dernier, pour exiger l'abandon définitif du projet d’exploitation du Fort de Vaujours et la sauvegarde du Bois Gratuel sur Villevaudé. Placoplatre, filiale du groupe Saint-Gobain est bien décidé à aller jusqu’au bout avec le soutien actif de tous les services de l’Etat Français.

Fort2Vaujours_Manifestation_20062015_01.JPG

Notre défilé sur la Nationale 3

Nous voudrions remercier celles et ceux qui ont rendu possible le blocage de la Route Nationale 3. En effet, notre manifestation s’est soldée par un défilé sur cette route qui restera dans les mémoires : Un défilé audacieux qui n’a été en aucune façon relayé par la presse. Cette dernière serait-elle désormais, elle aussi, aux ordres ?

Vidéos de la manifestation :

Nous voudrions présenter nos excuses à ceux qui ont pu être pénalisés par cette action mais devant le jusqu’au-boutisme de Placoplatre et la complicité aveugle de tous les services de l’Etat, nous sommes désormais dans l’obligation de muscler nos actions. C’est la santé des travailleurs et des populations riveraines qui est en jeu.

Nous voudrions également remercier les maires et les élus de toutes appartenances politiques des villes de Courtry, Coubron, Villevaudé, le Pin, Claye-Souilly, Messy, Gressy, Mitry Mory et d’ailleurs d’être venu manifester à nos côtés.

La plainte que nous avons déposée, grâce aux centaines de donateurs qui nous ont soutenu, a été transférée au Parquet de Paris chargé des affaires de santé publique. Celle-ci sera bientôt amendée avec de nouveaux éléments. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé des suites données.

http://sauvons.dhuis.fr/post/2015/04/28/Fort-de-Vaujours-%3A-la-plainte-a-%C3%A9t%C3%A9-d%C3%A9pos%C3%A9e

Pendant vos vacances, à l’abri des regards, avec la bénédiction du gouvernement, des ministères de l’environnement et de la défense, des préfectures du 77 et du 93, de l’Agence Régionale de Santé, de l’Autorité de sureté Nucléaire, Placoplatre va poursuivre la destruction des bâtiments et l’abattage des arbres du Fort de Vaujours.

Ces « travaux » sont réalisés par des sociétés sous-traitantes : Brunel Démolition, filiale du groupe Colas et Scandella-Paysage.

Suite à une visite dite « surprise » de l’Autorité de Sûreté Nucléaire du chantier démolition du Fort de Vaujours, un rapport a été délivré, le 6 juillet 2015, présentant un nombre important d’anomalies par rapport au protocole devant être mis en œuvre par Placoplatre :

  • Non mise en place effective des dispositifs de suivi environnemental et de surveillance des postes de travail ;
  • Manque de précision et de justification dans le protocole de suivi radiologique ;
  • Non installation d’un piézomètre à proximité de la zone prévue pour l’entreposage des déchets contaminés ;
  • Non Entreposage à l’abri des intempéries des gravats de démolition potentiellement contaminés ;
  • Manque de fiabilité du portique de détection pour le transport hors site de matériaux ;
  • Absence de synthèse des mesures de radioactivité réalisées ;
  • Gestion des anomalies et des incidents non opérationnelle ;
  • Déficience dans l’organisation générale de la radioprotection ;
  • Déficience dans l’affichage aux travailleurs des consignes de sécurité comme de ne pas boire ni manger sur le site.

Fort2Vaujours_Demolition_2015_01.jpg

Les démolitions et l'abattage des arbres du Fort de Vaujours (Source : Journal La Marne)

Bien sûr, le rapport de l’ASN ne traite pas des autres risques liés aux pollutions chimiques, en métaux lourds et à la présence avérée de munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Le rapport de l'ASN : http://blog.gagny-abbesses.info/public/Vaujours/CSS/ASN_Lettre_suites_inspection_11_juin_2015.pdf

Nous avons une pensée toute particulière pour ces travailleurs qui sont envoyés sur place au péril de leur santé…. Nous recommandons à la population par précaution de ne pas s’approcher du Fort de Vaujours, ni d’emprunter la promenade de la Dhuis de Coubron à Courtry.

L'enquête publique sur l’extension de l’exploitation Placoplatre et le devenir du Bois Gratuel, commune de Villevaudé, s'est achevée. Merci à celles et ceux qui se sont mobilisés.

Nous regrettons l'attitude du rapporteur public qui a déclaré publiquement n'avoir refusé aucun dossier d'exploitation de toute sa longue carrière. Nous déplorons également les irrégularités qui ont émaillé cette enquête et notamment l'attitude de certains responsables de Placoplatre qui ont exercé des pressions sur les communes concernées ainsi que sur leurs collègues de travail.

De nouvelles opérations sont en cours de préparation, nous vous tiendrons informé le moment venu…

Merci à toutes et à tous de votre soutien.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

lundi 15 juin 2015

Fort de Vaujours : STOP

APPEL DES ELUS, CITOYENS ET ASSOCIATIONS SUR LE FORT DE VAUJOURS

Au sein d'un rassemblement sans précédent, citoyens, associations, et élus de toutes tendances politiques, se mobilisent ensemble afin de dire stop au dangereux projet de Placoplatre de carrière de gypse à ciel ouvert sur le site contaminé et pollué du Fort de Vaujours. Ensemble ils dénoncent les conditions intolérables dans lesquelles ce dossier est traité, ils exigent la vérité et la transparence, et appellent à manifester le samedi 20 juin 2015 à 14h00 (rond point des Plâtres Lambert - Route de Courtry - à Vaujours).

RAPPEL DE LA MANIFESTATION

OPPOSITION TOTALE A LA DESTRUCTION DU FORT DE VAUJOURS ET DU BOIS GRATUEL

  • Samedi 20 Juin 2015 à 14h00
  • Route de Courtry 93410 Vaujours
  • au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3
  • Coordonnées GPS : 48.935041, 2.601937

APPEL

La société Placoplatre s’apprête à démolir des dizaines de bâtiments en vue de l’exploitation une nouvelle carrière de gypse à ciel ouvert sur l’ancien site contaminé du Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA). Ces démolitions et la future exploitation, avec la bénédiction des services de l’État, pourraient faire peser de graves risques en terme de santé publique pour les populations des villes riveraines et pour les travailleurs qui seraient amenés à intervenir sur le site. Nous lançons un appel citoyen le plus large possible pour obtenir l’arrêt de ce projet et appelons à une manifestation le 20 juin 2015 à 14h00.

Quelques repères historiques

Le Fort de Vaujours est un site de 45 hectares, comprenant un ancien fort militaire, situé à cheval sur les départements de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Utilisé comme dépôt de munitions par l’armée allemande entre 1940 et 1944, il est ensuite occupé par le CEA de 1955 à 1997 qui y réalise notamment des tirs à l’uranium (dits « tirs froids » ou « essais sous-critiques »), à l’air libre et dans des casemates, pour tester les détonateurs de la bombe atomique. Le site demeure encore aujourd’hui classé « secret défense ».

image.jpg

Après l’abandon du site par le CEA, la mise en place de servitudes a été préconisée et une commission de suivi a été mise en place en 2001-2002. Le site présente, entre autres, une contamination résiduelle par des substances radioactives et pyrotechniques. Des travaux partiels de dépollution ont été réalisés par le CEA entre octobre 2001 et avril 2002 sur une zone restreinte (1000 m2) dans laquelle de nombreux points singuliers avaient été détectés. Une étude de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendante sur la Radioactivité) avait alors notamment mis en évidence une contamination résiduelle par l’uranium naturel et appauvri des sols du fort central et de certaines casemates.

Un arrêté inter-préfectoral en date du 22 septembre 2005 précise que :

  • « les terres issues de travaux de terrassement, construction ou modification du terrain doivent être stockées sur le site même » ;
  • « un usage résidentiel, des activités agricoles, des activités entraînant la présence régulière d’enfants, les établissements recevant du public et les lieux de rassemblement de personnes sont proscrits ».

Depuis 2010, le site est devenu propriété de BP Placo (Placoplatre – filiale du groupe Saint-Gobain) pour 30 ha et de la Communauté d’agglomération Marne et Chantereine pour 15 ha.

Placoplatre entend y réaliser une carrière à ciel ouvert pour exploiter le gypse. Cela signifie la destruction des bâtiments, le déplacement sur plusieurs dizaines d’hectares et sur 20 mètres d’épaisseur des strates géologiques supérieures du site, puis l’éclatement des masses de gypses avec des explosifs.

La Communauté d’agglomération Marne et Chantereine a aujourd’hui gelé tout projet après avoir envisagé une zone d’activités économiques.

Des risques pour la santé des travailleurs et des riverains

Pendant plus de 20 ans, le CEA a pratiqué des essais nucléaires avec des matières radioactives et chimiques sur le site. Les débris et éclats d’uranium causés par les explosions étaient projetés bien au-delà de l’emprise du fort et/ou évacués dans les 14 puits dit de «lavage» profonds de plusieurs dizaines de mètres.

L’uranium 238 utilisé est un toxique chimique qui présente une très forte radiotoxicité - en cas d’ingestion ou d’inhalation - pouvant provoquer, sur le long terme, cancers et leucémies.

A cette pollution s’ajoutent d’autres risques liés à la présence d’explosifs en subsurface, de pollutions aux métaux lourds (Arsenic, Mercure, Amiante, Cuivre, Plomb, Tungstène, Zirconium, etc.) ainsi que des pollutions chimiques (Dioxine, PCB, Perchlorate d’ammonium, etc.).

image.jpg

La nécessité d’études exhaustives

Il n’existe pas, à ce jour, d’études complètes garantissant l’indépendance, la qualité et surtout l’exhaustivité des expertises à l’échelle du site et à la mesure de son histoire. La CRIIRAD a rappelé, dès le mois de décembre 2012, aux membres de la Commission Locale de Concertation et de Surveillance associée au projet de carrière à ciel ouvert de Placoplatre, qu’il est nécessaire de prendre en compte :

  1. La contamination radiologique persistante, en particulier par de l’uranium appauvri;
  2. ​Les pollutions chimiques ;
  3. Les risques de présence d’explosifs en subsurface.

En outre, la CRIIRAD rappelle constamment que :

  • Toutes les zones contaminées ne peuvent avoir été détectées dans le cadre des campagnes de mesure ;
  • Le CEA a reconnu que certains ouvrages contaminés ont été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer ;
  • Les eaux potentiellement contaminées étaient déversées dans des puisards qui peuvent être contaminés en profondeur.

Un manque de transparence

La nature des expériences et activités menées par le CEA implique le respect de protocoles adaptés et vérifiés par différents experts.

En 1998, l’OPRI (Office de Protection contre les Rayonnements Ionisants) indique que le site «peut être considéré comme assaini», puis en 2000 le CEA déclare dans un mémoire : «il n’y a donc pas lieu d’inscrire le site au recensement national des sites et sols pollués», bien qu’une contamination des sols (uranium 238 entre autres) ait été confirmée en 2001.

Pour sa part, Placoplatre n’a jamais rendu publiques certaines études que l’entreprise s’était pourtant engagée à communiquer.

Les mesures contradictoires réalisées en février 2014 invalident les bilans des organismes spécialisés. L’analyse théorique que la CRIIRAD avait faite du dossier a donc été confirmée, point par point, sur le terrain.

Une commission de suivi du site (CSS) a été mise en place en juin 2014 par arrêté inter-préfectoral. Elle a pour mission de «créer entre les différents représentants des collèges (…) un cadre d’échange et d’information sur les actions menées, sous le contrôle des pouvoirs publics, par les exploitants des installations classées en vue de prévenir les risques d’atteinte aux intérêts protégés par l’article L. 511-1».

Cette commission a pourtant été constituée sans deux des acteurs majeurs du dossier, le collectif d’associations Sauvons La Dhuis et la CRIIRAD.

Le 5 mai dernier, les conditions dans lesquelles la réunion de la CSS s’est déroulée reflètent le déni de transparence et le mépris dans lesquels sont tenus élus locaux, élus nationaux et associations : absence de communication d’informations préalables, documents remis sur table, absence de contre-expertise et de véritable débat contradictoire,…

Enfin, les participants ont appris 2 jours après, par voie de presse, l’autorisation donnée par les services de l’Etat à Placoplatre pour poursuivre ses travaux de démolition. L’avis de l’ASN du 20 mars 2015, communiqué aux participants le jour même de la réunion, établit pourtant de nombreuses recommandations dont le recours à une expertise indépendante. Celle-ci est in fine remplacée par un « dispositif d’autocontrôle » dans le cadre duquel Placoplatre rétribuera directement le prestataire.

Nous exigeons une totale transparence concernant le site du Fort de Vaujours.

Répondre aux interrogations des riverains, des élus et des associations sur ce site et son devenir, connaître les mesures envisagées pour la sécurité de sa dépollution, établir un diagnostic sur les éventuels dangers sanitaires qu’une démolition puis une exploitation pourraient engendrer pour les populations environnantes, est une absolue nécessité. Afin de réunir les conditions de la transparence et de la vérité, il est nécessaire d’étendre temporairement les servitudes d’utilité publique à :

  • l’interdiction d’exploitation des sols et des sous-sols ;
  • l’interdiction d’activités économiques qui impliqueraient une présence régulière de travailleurs ;
  • l’interdiction de la destruction des bâtiments.

Nous demandons :

  • l’arrêt de tout projet en cours et notamment l’arrêt immédiat des démolitions ;
  • l’application stricte des principes de précaution et pollueur-payeur, comme défini par l’article L110-1, II, 3° du Code de l’environnement selon lequel « les frais résultant des mesures de prévention, de réduction de la pollution et de lutte contre celle-ci doivent être supportés par le pollueur. » ;
  • la mise en œuvre immédiate d’études exhaustives dans un cadre adapté (effectuées et/ou contrôlées par des organismes indépendants fiables)
  • sur l’ensemble du site et de ses environs (concernant tous les types de pollution et de contamination);
  • l’application du principe de précaution à valeur constitutionnelle, tel que défini à l’article 5 de la Charte de l’environnement de 2004 ;
  • la levée du secret défense.

APPEL À MANIFESTER

Samedi 20 Juin 2015 à 14h00 Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3 Coordonnées GPS : 48.935041, 2.601937

PREMIERS SIGNATAIRES :

  • Association Villevaudé... Demain
  • Association Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Association Environnement 93
  • Association Union des familles laïques de Marne et Chantereine (UFAL)
  • Association Les Amis de Carnetin
  • Association AJT Rando
  • Association Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l’Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)
  • Association Courtry Citoyenne
  • M. Pascal Durand, Député européen
  • M. Yves Albarello, Député de Seine-et-Marne, Maire de Claye-Souilly
  • Mme Charlotte Blandiot-Faride, Maire de Mitry-Mory
  • M. Antoine de Carvalho, Maire de Brou-sur-Chantereine
  • Mme Sylvie Fassier, Maire de Le Pin
  • M. Jean-Claude Génies, Maire de Gressy
  • M. Pascal Pian, Maire de Villevaudé
  • M. Xavier Vanderbise, Maire de Courtry
  • M. Alain Amedro, Vice-Président du conseil régional d’Île-de-France
  • M. Julien Bayou, Conseiller régional d’Île-de-France
  • Mme Emmanuelle Cosse, Vice-Présidente du conseil Régional d’Île-de-France
  • M. David Mbanza, Conseiller régional d’Île-de-France
  • M. Pierre Serne, Vice-Président du conseil régional d’Île-de-France
  • Mme Sophie Renard, Conseillère régionale d’Île-de-France
  • Mme Dominique Dellac, Conseillère départementale de Seine-Saint-Denis
  • Mme Frédérique Denis, Conseillère départementale de Seine-Saint-Denis
  • Mme Nadége Grosbois, Vice présidente du conseil départemental de Seine-Saint-Denis
  • M. Pierre Laporte, Conseiller départemental de Seine-Saint-Denis
  • M. Ramazan Aslan, Conseiller municipal délégué de Clichy Sous Bois
  • M. Christian Carlier, Conseiller municipal de Villeparisis
  • Mme Djamila Bekkaye, Maire-adjointe de Clichy-sous-Bois
  • M. Kader Bentahar, Vice-Président de la communauté d’agglomération Clichy Montfermeil
  • M. Aurelien Berthou, Conseiller municipal de Gagny
  • M. Christian Brickx, Conseiller municipal de Montfermeil
  • Mme Angelique Dambreville, Conseillère municipale déléguée de Clichy-sous-Bois
  • M. Olivier D’Heny, Conseiller municipal de Montfermeil
  • M. Lino Ferreira, Conseiller municipal délégué de Tremblay-en-France
  • Mme Céline Fréby, Maire-adjointe de Tremblay-en-France
  • Mme Cécile Goutmann, Conseillère municipale de Chelles
  • M. Gerard Lacan, Conseiller municipal de Villeparisis
  • M. Grégory Jurado, Conseiller municipal de Courtry
  • M. Frank Mouly, Conseiller municipal de Chelles
  • Mme Angélique Planet-Ledieu, Conseillère municipale de Montfermeil
  • M. Pascal Sarah, Conseiller municipal de Tremblay-en-France
  • M. Jean Tortrat, Président de l’association Courtry Citoyenne
  • Mme Camille Dalbera, Collectif Citoyen Courtrysien
  • M. Antony Soares, Collectif Citoyen Courtrysien

La suite des signataires : http://sauvons.dhuis.fr/pages/appelvaujours

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

vendredi 29 mai 2015

Fort de Vaujours / Bois Gratuel : Appel à Manifester Samedi 20 Juin 2015

Fort de Vaujours / Bois Gratuel : Appel à Manifester Samedi 20 Juin 2015

Point de ralliement : Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3, Samedi 20 Juin 2015 à 14h00.

OPPOSITION TOTALE A LA DESTRUCTION DU FORT DE VAUJOURS ET DU BOIS GRATUEL

Devant le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre et la complicité désormais flagrante de tous les services de l’Etat Français, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 20 Juin 2015 à 14h00, Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3.

Aux portes de Paris, Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à l’Uranium, très probablement au Béryllium et avec d'autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Manifestation du 17 Mai 2014

Manifestation contre l'exploitation du Fort de Vaujours du 17 mai 2014

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Un temps suspendu, suite à une première phase ne garantissant pas la sécurité des travailleurs et des populations riveraines, les travaux de démolition des bâtiments de Fort de Vaujours doivent reprendre avec l’appui des préfectures, de l’autorité de sûreté nucléaire et du gouvernement français qui pèse de toutes ses forces sur ce dossier au détriment des élus locaux qui expriment leur indignation.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

L’exécution de cette première phase de démolition a fait l’objet d’une plainte, déposée fin Avril 2015 entre les mains de Monsieur le Procureur de la République de Meaux, pour mise en danger de la personne suite à des travaux de démolition accomplis, au cours de l’année 2014, sur le site du Fort de VAUJOURS, en violation d’obligations particulières de prudence ou de sécurité prévues par la loi et le règlement.

Le 2 Juillet 2014, suite à notre pétition et à la médiatisation de cette menace qui pèse sur les populations et les travailleurs, une Commission de Suivi de Site (CSS) a été mise en place à demande de la ministre de l’Environnement, Madame Ségolène Royal.

Lors de la tenue de cette commission, le 5 Mai 2015, les élus locaux n’ont été en aucune façon écoutés et le débat ainsi que les expertises contradictoires ont été bannis. Les services de l’Etat, sans communication du protocole précis de démolition par Placoplâtre, ont donné leur feu vert pour la destruction de 215 bâtiments anciennement occupés par le Commissariat à l’énergie atomique. A ce jour, le protocole n’a toujours pas été communiqué

Voir le document CRIIRAD suivant : http://criirad.org/vaujours/2015-05-04_L_asso-vaujours.pdf

Pour enfoncer le clou, à seulement quelques kilomètres du Fort de Vaujours, contre l’avis de la municipalité, des élus locaux et des populations locales, Placoplâtre exige la destruction du Bois Gratuel sur la commune de Villevaudé.

Villevaude_Gratuel_30032015_Triton_Alpestre_03w.jpg

30/03/2015 - Villevaudé - Bois Gratuel : Triton alpestre mâle (Ichthyosaura alpestris). Espéce protégée en France et particulièrement rare en Ile de France.

Traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis et faisant partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77), il héberge un nombre important d’espèces protégées au niveau national et régional.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exiger l’arrêt immédiat de ces projets insensés qui mettent à sac les derniers milieux naturels d’Ile de France et constituent un péril pour la santé des travailleurs ainsi que celle des populations riveraines.

Le rendez-vous est fixé : Route de Courtry 93410 Vaujours, au niveau du rond-point d’accès à la Nationale 3, Samedi 20 Juin 2015 à 14h00.

Nous comptons sur vous très nombreux pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné dans les délais les plus brefs. Nous comptons également sur vous pour nous aider le Bois Gratuel et à sauvegarder les derniers milieux naturels de l’Est Parisien menacés par l’appétit dévorant des carriers et le lobby puissant qu’ils exercent jusqu’au sommet de l’Etat français.

C'est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l'éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.

Nos vies et des espèces en voie d’extinction ont-elles moins de valeur que du plâtre ?

PS : Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

mercredi 6 mai 2015

Le Parisien : Placoplâtre va pouvoir reprendre les démolitions au fort de Vaujours

Journal Le Parisien : Placoplâtre va pouvoir reprendre les démolitions au fort de Vaujours

Gwenael Bourdon avec G.P. | 06 Mai 2015, 19h04 | MAJ : 06 Mai 2015, 19h04

Les services de l’Etat ont donné leur feu vert à Placoplâtre pour la démolition de 215 bâtiments anciennement occupés par le Commissariat à l’énergie atomique.

C’est une nouvelle qui met en ébullition les élus et les associations. Placoplâtre va pouvoir reprendre rapidement la démolition de bâtiments dans le Fort de Vaujours. Ces travaux étaient suspendus depuis un peu moins d’un an. Le sujet est sensible : le site, à cheval sur les départements de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, a autrefois abrité le Commissariat à l’énergie atomique qui y a réalisé des expériences en détonique nucléaire.

image.jpg

En février 2014, des mesures avaient confirmé la présence, en certains points du site, de pollution radioactive. Et, quelques mois plus tard, Placoplâtre, qui souhaite y ouvrir une carrière de gypse à ciel ouvert, avait dû suspendre ses travaux de démolition.

Or, le géant du plâtre vient d’obtenir le feu vert des services de l’Etat et de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), à l’issue d’une commission de suivi qui s’est tenue mardi après-midi, en sous-préfecture du Raincy. « La société Placoplâtre s’est engagée à respecter scrupuleusement les recommandations de l’ASN et, en l’état, rien ne s’oppose à la poursuite de la démolition qui commencera par les bâtiments n’ayant jamais fait l’objet de stockage, d’utilisation ou de transit d’uranium », annonce le préfet du 93, Philippe Galli, par voie de communiqué. Il ne s’agit pour l’heure que de démolir les installations en surface, pas encore d’intervenir en sous-sol. De son côté Placoplâtre se réjouit de cette nouvelle et annonce reprendre les démolitions « dans les prochains jours ».

Publication de l'Institut de Radioportection et de Sûreté Nucléaire du 06/05/2015 : http://www.irsn.fr/FR/expertise/avis/autres-avis/Pages/Avis-IRSN-2015-00015-Vaujours.aspx

Parmi les élus présents lors de la commission de suivi, la sénatrice (Europe Ecologie) Aline Archimbaud se plaint de n’avoir eu accès « ni au rapport de l’ASN, ni au protocole de Placoplâtre ». Les discussions, décrit-elle, ont été « très dures ». « Placoplâtre met une pression terrible pour reprendre les travaux au plus vite ». Un point surtout soulève l’inquiétude. L’ASN recommandait en mars « qu’il soit fait appel à un tiers expert pour le suivi des opérations ». Mais la préfecture annonce désormais que Placoplâtre mettra en place un « dispositif d’autocontrôle », en rétribuant directement le laboratoire chargé du suivi.

« On est bien en présence d’un site pollué. Qu’on démolisse avec toutes les précautions nécessaires, pourquoi pas ? Mais nommer un tiers expert payé par Placoplâtre me semble difficilement acceptable ! », réagit Ludovic Toro, maire UDI de Coubron, qui va écrire aux ministres de la Santé et de l’Ecologie. « Nous avons exigé la mise en place d’une expertise indépendante, mais l’ASN et le préfet nous ont répondu qu’il n’y avait pas de budget. Or, pour nous, c’est une condition non négociable », indique Aline Archimbaud, qui s’apprête, elle aussi,, avec le sénateur (PCF) Michelle Billout, à interpeller Ségolène Royal.

Le collectif « Sauvons la Dhuis », qui ne siège pas à la commission mais vient de déposer une plainte pour mise en danger de la vie d’autrui pour des démolitions intervenues l’an dernier, est atterré. « Nous allons relancer la mobilisation et appeler à manifester », prévient Christophe Nédélec, à l’origine d’une pétition réclamant « la vérité sur le fort de Vaujours » qui a recueilli plus de 130 000 signatures.

« La gestion de ce dossier est particulièrement inacceptable »

Sollicitée par certaines associations pour venir à la commission de suivi mardi, la Criirad (Commission de recherches et d’information indépendantes sur la radioactivité) avait finalement décliné l’invitation, expliquant que, faute d’avoir pu accéder en amont au protocole soumis par Placoplâtre à l’ASN, il n’était « pas possible de porter un regard critique sur le projet ».

Voir le document CRIIRAD suivant : http://criirad.org/vaujours/2015-05-04_L_asso-vaujours.pdf

Au lendemain de cette commission de suivi de site, le chef du laboratoire de la Criirad, Bruno Chareyron, regrette que « la réalité nous donne raison ». « Nous avons l’habitude de ces commissions de suivi qui sont davantage des chambres d’enregistrement que de véritables lieux de débat et de contre-expertise », poursuit le scientifique, qui estime que « la gestion du dossier du fort de Vaujours est particulièrement inacceptable ».

« Depuis le début, les experts mandatés par l’Etat ou Placoplâtre concluent à l’absence de contamination radioactive, alors qu’elle est avérée. »

L’ingénieur, qui trouve également aberrant qu’on « saucissonne les travaux de surface et en sous-sol, qu’on sépare la radioactivité des autres pollutions alors que le problème devrait être traité globalement », a « le sentiment que les choses sont jouées d’avance. Il y a de quoi être choqué et inquiet ». Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

mercredi 29 avril 2015

Pétition : Non au saccage du Bois Gratuel

Non au saccage du bois Gratuel.

Pétition à l’attention du Préfet de Seine-et-Marne

Nous demandons au Préfet de Seine-et-Marne d'interdire la destruction du bois Gratuel dans le cadre du nouveau projet d'exploitation de Placoplâtre. Ce bois est un milieu naturel riche situé à proximité du Fort de Vaujours et traversé par l'aqueduc de la Dhuis.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain désire réaliser une nouvelle carrière à ciel ouvert pour extraction de gypse, en Seine-et-Marne sur la commune de Villevaudé au lieu-dit du Bois Gratuel.

Ce bois traversé par l’Aqueduc et la promenade de la Dhuis fait partie intégrante du corridor écologique ou trame verte qui relie la Seine Saint-Denis (93) et la Seine et Marne (77).

Villevaude_Gratuel_032013_02.jpg

03/03/2013 - Villevaudé - Bois Gratuel : Une des mares naturelles du bois.

Comme tous les milieux naturels traversés par la Dhuis, il est essentiel aux échanges biologiques de l'Est Francilien.

N’ayant pu devenir propriétaire de la Dhuis grâce aux actions du Collectif « Sauvons la Dhuis » et à la force de la mobilisation citoyenne, Placoplâtre a décidé de présenter un projet d’exploitation à ciel ouvert. Ce qui viendrait anéantir la majeure partie du bois en venant s’appuyer sur la promenade de la Dhuis aménagée par la Région Ile de France pour le bien-être des populations.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Nos précédentes actions ont ainsi été efficaces, mais le site et la trame verte n’en demeurent pas moins gravement menacés. Le bois Gratuel, parcouru par la Dhuis, est un élément charnière de la trame verte de l’Est Francilien.

Le bois Gratuel est une chênaie frênaie calcicole avec un nombre important d'espèces patrimoniales. Il héberge des orchidées sauvages typiques de ce type de milieu (Orchis Pourpre, Néottie Nid d'oiseau, Ophrys Mouche, Céphalanthère de Damas, Platanthère à deux feuilles…) ainsi qu'un milieu forestier diversifié (Cornouiller mâle, Camérisier, Néflier,…).

Montguichet_13042014_Ophrys_Mouche_01.jpg

Ophrys Mouche des lisières calcaires

Le bois Gratuel possède un réseau important de mares naturelles permettant la reproduction d'amphibiens et de batraciens rares protégés au niveau national (Triton Alpestre, Triton vulgaire, Triton palmé, Crapaud commun, Grenouille rousse, Grenouille agile.,…).

Villevaude_Gratuel_30032015_Triton_Alpestre_03w.jpg

30/03/2015 - Villevaudé - Bois Gratuel : Triton alpestre mâle (Ichthyosaura alpestris). Espéce protégée en France et particulièrement rare en Ile de France.

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Découvrez les espèces protégées qui se reproduisent dans les mares du Bois Gratuel : http://blog.gagny-abbesses.info/post/2015/04/01/Villevaud%C3%A9-%3A-Quelques-habitants-du-Bois-Gratuel

Le bois Gratuel héberge également des espèces rares protégées de chauves-souris (Grand Murin, Pipistrelle de Kuhl, Pipistrelle de Nathusius) protégées au niveau national.

Nous nous opposons donc avec la plus grande fermeté à la destruction du bois Gratuel et de tous les milieux naturels du massif de l’Aulnoye aussi bien en Seine-Saint-Denis (93) qu’en Seine-et-Marne (77).

S'il doit y avoir une exploitation du gypse, nous demandons que celle-ci soit réalisée de façon souterraine comme l’ont été toutes les nouvelles exploitations de ce type dans l’Ouest Francilien et notamment celles du Val d’Oise (95).

Il est essentiel que l’aqueduc de la Dhuis et les milieux naturels qui l'environnent soient préservés de toute forme de destruction.C'est par ce type d'exploitation souterraine, plus respectueuse de l'environnement et « parfaitement » maîtrisé par BP Placoplâtre que le bois de Bernouille (Coubron - 93), la réserve de Chelles (Coubron / Vaujours - 93), la forêt de Montmorency (Val d’Oise - 95), ainsi que la butte de Parisis (Cormeilles-en-Parisis -95) ont pu être sauvés de la destruction.

Exemple d'une carrière à ciel ouvert :

Villevaude_30102011_Lafarge_03.jpg

Au sujet de l’exploitation souterraine future de la Butte de Parisis à Cormeille-en-Parisis dans le Val d’Oise, un représentant de Placoplâtre a même déclaré dans la presse : « Nous savons exploiter en souterrain sans qu'il y ait de risque d'affaissement. Nous faisons exactement la même chose en forêt de Montmorency où, tous les jours, des gens se promènent et ramassent des champignons au-dessus des galeries sans même s'en apercevoir! ».

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

Nous exigeons que les milieux naturels de l’Est Francilien soient traités avec le même respect que ceux de l’Ouest. Nous exigeons que la qualité de vie des habitants riverains du bois Gratuel et des usagers de la promenade de la Dhuis ne soit pas mise en cause par une aggravation des sources de pollution générées par ces exploitations. Il ne peut y avoir de discrimination d’un côté à l’autre de l’Ile de France.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION pour la préservation du Bois Gratuel: http://www.change.org/BoisGratuel

SIGNER LA PÉTITION sur le Fort de Vaujours : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

mardi 28 avril 2015

Fort de Vaujours : la plainte a été déposée

Fort de Vaujours : la plainte a été déposée

En janvier dernier, nous avons organisé une levée de fonds participative afin de couvrir nos frais juridiques à venir dans le cadre du dossier du Fort de Vaujours.

Notre action sur Citizencase : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

Les résultats obtenus démontrent la légitimité de notre combat.

En effet, avec un premier palier fixé à 6950€, nous avons, à ce jour, collecté 13210 € et recueillons encore de nouvelles donations.

Sans attendre la finalisation de la levée de fonds, nous avons mandaté à Maître Stéphanie Zaks, avocat à la Cour, afin déposer une plainte.

Celle-ci a été déposée du chef du délit de mise en danger de la personne à raison des travaux de démolition qui ont été accomplis, au cours de l’année 2014, sur le site du Fort de VAUJOURS, en violation d’obligations particulières de prudence ou de sécurité prévues par la loi et le règlement.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Nous vous annonçons que la plainte a été déposée mardi 28 Avril 2015 entre les mains de Monsieur le Procureur de la République de Meaux.

Nous espérons que les investigations qui seront conduites à la suite de notre plainte permettront de faire toute la lumière sur les travaux réalisés en 2014 sur l’emprise du Fort de VAUJOURS et sur les responsabilités de leurs auteurs.

Nous tenons à féliciter nos partenaires, CitizenCase et Change.Org pour nous avoir assisté dans cette collecte de fonds. Nous remercions également les 140.000 signataires de notre pétition sur Change.Org qui ont donné une telle ampleur à cette collecte.

Notre pétition sur Change.Org : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Nous tenons également à remercier chaleureusement Maître Stéphanie Zaks pour son investissement dans cette affaire.

Nous vous tiendrons bien sûr régulièrement informés de l’évolution de ce dossier.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 26 mars 2015

Fort de Vaujours : Merci à tous les donateurs

Fort de Vaujours : Merci à tous les donateurs

En janvier dernier, nous avons organisée une levée de dons afin de couvrir nos frais de recours juridiques contre le projet de Placoplatre, filiale du Groupe Saint-Gobain, sur le Fort de Vaujours.

Notre action sur Citizencase : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

Les résultats ont dépassé nos espérances.

Avec un premier palier fixé à 6950€, nous avons, à ce jour, collecté 12650 € et recueillons encore de nouvelles donations.

Nous tenions à remercier très chaleureusement les 354 donateurs qui nous ont permis d’atteindre cet objectif.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

La solidarité financière s’est manifestée des quatre coins du pays tout au long de cette campagne, et ce soutien nous permettra d’aller au terme de notre action afin de garantir la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Nous tenions à féliciter nos partenaires, CitizenCase et Change.Org, pour nous avoir assistés dans cette collecte de fonds décisive. Nous remercions également les signataires de notre pétition sur Change.Org qui ont donné cette ampleur à notre collecte.

Notre pétition sur Change.Org : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Sans attendre la finalisation de la levée de fonds, nous avons demandé à notre cabinet d’avocats de travailler activement sur les recours à venir. Une premier recours devant les tribunaux devrait être déposé d’ici peu.

Les fonds vont être perçus par la fédération des associations environnementales de Seine-Saint-Denis, Environnement 93, membre du collectif « Sauvons la Dhuis » qui possède tous les agréments nécessaires pour porter cette action devant les tribunaux. Nous remercions, par la même, son conseil d'administration pour avoir soutenu cette action à l'unanimité.

Extrait du documentaire "Pollution des sols - le scandale caché" de Sarah Oultaf, diffusé sur France5 le 20/01/2015 dans le monde en face.

Cet extrait parle du Fort de Vaujours. Il a été visionné lors de sa diffusion par 1.100.000 personnes.

Nous allons préparer les reçus fiscaux afin que les donateurs puissent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable. Cette déduction fiscale ne pourra être cependant imputée que sur vos revenus de l’année 2015 déclarés en 2016, nous vous enverrons rapidement le reçu fiscal.

Nous vous tiendrons bien sûr régulièrement informés de l’évolution de ce dossier.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 22 janvier 2015

Fort de Vaujours : l'heure de la Justice a sonné

Fort de Vaujours : l'heure de la Justice a sonné

Vous recevez ce présent message car vous êtes un des 110.000 signataires de notre pétition demandant la vérité sur les contaminations et les pollutions du Fort de Vaujours.

Lien vers la pétition : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Le succès de cette pétition portée par Change.Org a permis :

  • une mobilisation exceptionnelle à l'échelle nationale,
  • des manifestations ayant réuni des centaines de personnes,
  • une médiatisation du sujet dans les plus grands médias nationaux et même au delà de nos frontières (New York Times , BFMTV, FRANCE 5, FRANCE 3, Charlie Hebdo, 20 minutes, le Parisien, Aujourd'hui en France, Politis,, L'humanité, AFP, …),
  • la reconnaissance de la contamination radiologique du Fort de Vaujours suite aux quarante années d'expérimentations du Commissariat à l’Énergie Atomique pour y développer, dans le plus grand secret, les détonateurs des bombes atomiques de l'armée française,
  • une suspension temporaire des démolitions des bâtiments du site pratiquées suivant un protocole mettant en danger les travailleurs et les populations riveraines.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Si vous n,'avez pas été en mesure d'assister à la diffusion du reportage « Pollution des sols, le scandale caché », vu par plus d'un million de téléspectateurs, en date du 20 janvier dernier sur France5, veuillez suivre le lien suivant : http://youtu.be/4u328IyYeHs

Malgré cette prise de conscience à l'échelle nationale et internationale des dangers du projet d'exploitation des sous-sols du Fort de Vaujours sur la santé des travailleurs et des populations environnantes, le projet de la société BP PLACO (Anciennement PLACOPLATRE) et filiale du groupe SAINT-GOBAIN est en passe de reprendre avec l'accord de tous les services de l'Etat Français.

Depuis 5 mois, le collectif « Sauvons la Dhuis » travaille sans relâche avec un cabinet d'avocats spécialisé pour étudier tous les moyens légaux pouvant aboutir à un arrêt définitif de ce projet à très hauts risques aux portes de Paris.

Logo-environnement-93.jpg

La fédération des associations environnementales de Seine-Saint-Denis, Environnement 93, membre du collectif « Sauvons la Dhuis » possède tous les agréments nécessaires pour porter cette action devant les tribunaux. Nous remercions, par la même, son conseil d'administration pour avoir soutenu cette action à l'unanimité.

LogoCitizenCase-1000_blanc.jpg

Pour faire aboutir cette action, nous avons besoin de votre soutien. C'est en ce sens que nous faisons appel à vous. Nous vous invitons à y prendre part grâce à Citizencase, une plateforme de financement participatif pour un meilleur accès à la justice pour les associations.

Citizencase a permis notamment à France Nature Environnement, notre fédération nationale, de lever les fonds nécessaires pour continuer ses actions en justice contre la construction du Barrage de Sivens et de l’Aéroport de Notre Dame des Landes.

Nous avons aujourd'hui besoin du même engouement populaire et citoyen. Les versements sous forme de dons vous permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu à hauteur de 66 % dans la limite des 20 % du revenu imposable.

Vous pouvez d’ores et déjà nous soutenir à en allant sur le site Citizencase à l'adresse suivante : http://citizencase.org/projet/fort-de-vaujours-vous-avez-dit-radioactif/

Cette campagne de collecte de soutiens nous permettra de préparer les recours juridiques à venir, et mettre ainsi un terme au projet de PLACOPLATRE.

Donner, c'est participer à la construction d'un modèle alternatif, respectueux de l'environnement, soucieux de la santé des personnes et de notre droit à l'information.

Donner, c'est déjà agir !

Votre soutien nous est précieux !

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : https://www.change.org/p/pour-la-v%C3%A9rit%C3%A9-sur-la-radioactivit%C3%A9-et-les-pollutions-du-fort-de-vaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

mardi 20 janvier 2015

Fort de Vaujours : Diffusion d'un documentaire Mardi 20/01/2015 sur France5

Fort de Vaujours : Diffusion d'un documentaire Mardi 20/01/2015 sur France5

Sauvons la Dhuis

19 janv. 2015 — Bonjour à toutes et tous,

Vous avez été plus de 91.000 signataires de notre pétition demandant la vérité sur les contaminations et les pollutions du Fort de Vaujours.

Lien vers la pétition : http://www.change.org/FortdeVaujours

Nous vous informons que Mardi 20 Janvier 2015 à 20h30, un documentaire sera diffusé dans l'émission "Le Monde en Face" sur France5. Ce documentaire s'intitule : Pollution des sols, le scandale caché.

Dans ce documentaire de Sarah Oultaf, il sera question, entre autres, du Fort de Vaujours.

Une bande annonce de reportage est disponible ici : http://www.dailymotion.com/video/x2et0ua_le-monde-en-face-bande-annonce-20-01-2015_tv.html
Une critique du reportage est accessible ici : http://www.natura-sciences.com/environnement/pollution-des-sols-scandale-cache807.html

Nous avons beaucoup travaillé pour que le sujet du Fort de Vaujours soit traité dans ce reportage. Nous vous invitons donc à le regarder avec attention.

Notre mobilisation va bientôt reprendre. Nous reviendrons vers vous d'ici la fin de la semaine avec des annonces d'importance qui nous l'espérons saurons relancer ce dossier.

Restez donc connecté.

Merci encore de votre soutien et à très bientôt,

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

vendredi 4 juillet 2014

Fort de Vaujours : le Protocole de la Honte

Fort de Vaujours : le Protocole de la Honte

Le 20 mars 2014, nous avions dévoilé que Placoplatre avait démarré à l'abri des regards la destruction du Fort de Vaujours. Nous avions dénoncé un démarrage irresponsable et inconscient des démolitions ainsi que l’incompétence totale de l'ensemble des experts de cet industriel à détecter les contaminations à l'uranium du Fort.

Notre communiqué en date du 20 Mars 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/03/20/Le-Fort-de-Vaujours-%3A-la-destruction-des-b%C3%A2timents-a-commenc%C3%A9.

Fort2Vaujours_25022014_Fronton03_Web.jpg

Le Fort de Vaujours, lieu d'expérimentation des détonateurs des bombes atomiques françaises de 1951 à 1997.

Cette première campagne de destruction s'est achevée mi-mai pour un total de 24 bâtiments. Elle a été réalisée par des salariés de la société Brunel Démolition, filiale du groupe Colas.

Le 02 Juillet 2014, après-midi, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a rendu publique un rapport en date du 17 Avril 2014 qui fait froid dans le dos.

Lien vers le rapport de l'IRSN : http://www.irsn.fr/FR/expertise/avis/Documents/Avis-IRSN-2014-00155_Vaujours-Placoplatre.pdf

À la lumière de ce rapport qui analyse le protocole de démolition des bâtiments, il apparaît clairement qu'il y a eu mise en danger des travailleurs et des riverains ainsi qu'un non-respect de l'environnement.

Dans ce rapport particulièrement accablant, l'IRSN accuse Placoplatre d'avoir retenu une méthodologie incapable de détecter les contaminations à l'uranium du Fort et "d'écarter la présence d'une contamination résiduelle susceptible de générer une exposition interne par inhalation ou ingestion involontaire des travailleurs".

L'IRSN estime ne pas être "en mesure de se prononcer sur le bienfondé de l'approche retenue pour prévenir des risques d'exposition des travailleurs et du public". Elle enfonce le clou en précisant qu'il n'y a eu "aucune évaluation des risques d'exposition interne, ni de disposition opérationnelle particulière qui permettrait de le prévenir".

Nous avons une pensée attristée pour les travailleurs qui ont participé à cette première campagne de démolition, à eux ainsi qu'à leurs familles. Nous avons également une pensée pour les usagers de la promenade de Dhuis qui passe juste en contrebas du Fort de Vaujours.

Il convient de signaler que Placoplatre a organisé des visites du chantier pour des élus du secteur dont certains ont pu assister en direct à la destruction de bâtiments.

L'IRSN ajoute qu'il n'y a eu "aucune disposition de protection particulière visant à éviter la dissémination des poussières dans l'environnement lors des travaux" avant d'affirmer que le dossier de Placoplatre ne "permet pas d'apprécier le caractère probable ou non d'une contamination des bâtiments selon leur usage passé".

De Mars à mi-mai 2014, Placoplatre a donc mis en danger la santé d'autrui. Daté du 17 Avril 2014, le rapport de l'IRSN n'aura même pas été pris considération. Les destructions se poursuivront pendant plus d'un mois.

Malgré nos avertissements incessants et nos demandes répétées, les préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, n'ont rien fait pour faire cesser cette campagne, bien au contraire.

Le 2 juillet 2014, quelques heures seulement avant de la publication officielle du rapport de l'IRSN, la préfète de Seine-et-Marne, Nicole Klein, a fini par annoncer qu'il n'y aurait plus de nouvelles démolitions tant que Placoplatre n'aura pas mis en œuvre un protocole validé par l'Autorité de Sûreté Nucléaire.

Cette déclaration a été faite lors de la première réunion de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours. Dans les mois qui viennent, Placoplatre désire procéder à la destruction de 211 bâtiments supplémentaires. Ces démolitions futures sont censées être encadrées par le travail de cette commission.

Que peut-elle dire aux travailleurs ainsi qu'aux riverains du Fort dont la santé est mise en danger et qui sont peut être déjà contaminés par un mal intérieur qui se déclarera dans plusieurs années sous la forme de cancers ???

Que penser de ces préfets qui, lors de la première réunion de cette commission, ont laissé Placoplatre affirmer que sa campagne de destruction s'était parfaitement déroulé ? Et pourquoi ont-ils fait en sorte que le rapport de l'IRSN ne soit jamais évoqué ???.

Que penser de ces préfets, qui ont pipé tous les dés de cette commission en n'invitant pas toutes les associations du collectif "Sauvons la Dhuis" et en refusant l'expertise indépendante de la CRIIRAD (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) pourtant partie prenante de ce dossier depuis plus de 13 ans ???

Tout a été mis en œuvre pour qu'il n'y ait aucun débat contradictoire !!!

Notre communiqué du 19 Juin 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/06/19/FORT-DE-VAUJOURS-%3A-L%E2%80%99irresponsabilit%C3%A9-totale-des-services-de-l%E2%80%99Etat
Lire le communiqué de presse de la CRIIRAD en date du 26 février 2014 : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Ces agissements inacceptables portent un coup terrible à la crédibilité des services de l'État, ainsi qu'au fondement démocratique de notre nation. Ils laissent présager du pire. Nous demandons au Préfet de la Région Ile de France de reprendre en personne la direction de cette commission et fasse enfin respecter l'État de droits.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du Commissariat à l'Énergie Atomique sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997 ainsi que l'abandon définitif et immédiat du projet d'exploitation du site par la société Placoplatre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo
  • Association de Défense de l'Environnement du Bois Fleuri (ADEBF)

jeudi 19 juin 2014

FORT DE VAUJOURS : L’irresponsabilité totale des services de l’Etat

FORT DE VAUJOURS : L’irresponsabilité totale des services de l’Etat

Le 17 février 2014, des associations du collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi qu’Ile de France Environnement ont adressé un courrier officiel au ministre de la défense. Pour des raisons de sécurité et de santé publique, il était demandé au ministre de transmettre les informations détaillées permettant la localisation précise de l’ensemble des ouvrages susceptibles d’être contaminés en profondeur d’un point de vue radiologique, chimique et pyrotechnique.

Manifestation du 17 Mai 2014

Manifestation du Collectif "Sauvons la Dhuis" en date du 17 Mai 2014

Ce courrier avait donc pour objectif d'obtenir des informations précises sur la localisation et la nature des pollutions liées aux expériences qui ont été réalisées sur le Fort de Vaujours pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises de 1955 à 1997.

En effet, ces expérimentations réalisées par la Direction des Applications Militaires (DAM) du Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) pour le compte de l'armée française sont toujours frappées du secret défense.

Depuis la fermeture du Centre d'Étude de Vaujours, le CEA n'a cessé de fournir des informations fragmentaires, contradictoires ou volontairement erronées mises à mal par toute une série de documents officiels et officieux, des vidéos et des entretiens d'époque, des rapports d'expertises indépendants dont notamment ceux de la CRIIRAD, ainsi que de nombreux témoignages d'anciens travailleurs du site.

Ces sources multiples, convergentes et souvent irréfutables ont permis de révéler :

Nous voulions que le ministère de la défense s'engage enfin à révéler au public toute l’étendue des expérimentations réalisées sur le Fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Près de 4 mois après notre courrier, la réponse du ministère de la défense donne un quitus total aux activités du CEA en oubliant ou ignorant consciemment tout ce qui s’est passé sur le Fort de Vaujours de 1955 à 1997, en prétextant que cela n’est pas de sa responsabilité.

Le CEA est un Etablissement Public à caractère Industriel et Commercial (EPIC); à ce titre il dispose d’une autonomie financière et administrative, mais l’Etat ne peut se soustraire à sa responsabilité quant aux risques et nuisances liées aux activités de cet organisme public de recherche scientifique sur le Fort de Vaujours.

Le ministère de la défense assure dans ce courrier que le CEA a toujours fait preuve de la plus grande transparence. Il déclare notamment que de nombreuses informations sont consultables sur internet et ose citer en exemple le site internet de Placoplâtre dédié à la communication autour de leur projet d’exploitation des sous-sols du fort !!!

Donner en exemple, un site internet de la société Placoplâtre pour l’obtention d’informations objectives sur le sujet, ne trompe plus sur les ramifications de cette société privée jusqu'au sommet de l'État français au point d’influencer les positions officielles du ministère de la défense.

Pour finir, le ministère botte en touche et nous demande de nous rapprocher des préfectures et de continuer de participer aux commissions stériles organisées sur le sujet depuis 2011, tandis que le 25 février dernier, il a été démontré que le site était toujours contaminé à l'uranium et que Placoplâtre a entamé depuis, sans état d'âme, la destruction du fort avec un protocole, rejeté par l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), qui n'apporte pas de garanties suffisantes pour la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Cette réponse écrite est indigne d'un ministère de l'État Français et d'un pays "démocratique" tel que la France, elle démontre un abandon total des services de l'État pour la préservation de la santé des travailleurs et des populations des villes riveraines (Courtry, Coubron, Vaujours et Villeparisis) au profit des intérêts économiques d’une société privée.

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 1

>> Lien vers le courrier du ministère de la Défense - page 2

Une Commission de Suivi de Site (CSS) autour du Fort de Vaujours a été créée par les préfectures de Seine-et-Marne et de Seine-Saint-Denis. Une première réunion aura lieu, le 02 Juillet 2014 à Melun. Il convient de préciser que la ville de Melun est située à plus de 60 kms du Fort de Vaujours et nombreux sont ceux qui déjà en vacances ne pourront y participer !!!

Le collectif "Sauvons la Dhuis" ainsi que la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) en ont été exclus tandis que la société Placoplâtre pourra se faire assister d'experts du CEA et l'Autorité de Sûreté Nucléaire de techniciens de l'IRSN !!!

Cette commission a été voulue par le ministère de l'environnement et les préfectures ont choisi délibérément de ne pas inviter les acteurs majeurs de ce dossier qui "dérangent".

Cette nouvelle manœuvre des services de l'État Français pour enterrer ce dossier au profit des intérêts d'une société privée est tout simplement inqualifiable, il n'y a pas d'autres mots.

>> Lien vers le document de constitution de la Commission de Suivi de Site du Fort de Vaujours - AI_CSS_Fort_de_Vaujours_18_juin_2014.pdf

Le collectif "Sauvons la Dhuis" exige donc toujours la levée immédiate du secret défense sur les activités du CEA sur le fort de Vaujours de 1955 à 1997, l'arrêt immédiat des démolitions en cours et l'abandon définitif du projet d'exploitation du site par la société Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • UNION DES FAMILLES LAÏQUES DE MARNE ET CHANTEREINE (UFAL)
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

vendredi 30 mai 2014

Fort de Vaujours : La responsabilité de l’Etat en question !

Fort de Vaujours : La responsabilité de l’Etat en question !

Pour commencer, nous voudrions remercier les plus de 400 personnes qui ont répondu à l'appel de notre dernière manifestation, en date du 17 mai dernier, pour exiger l'arrêt des démolitions et l'abandon définitif du projet de Placoplatre sur le Fort de Vaujours.

Manifestation du 17 Mai 2014

Depuis notre dernier communiqué, quelques rebondissements se sont produits.

Le 12 mai dernier, l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a considéré que le protocole de démolition mis en œuvre par Placoplatre pour détruire les 26 premiers bâtiments du Fort ne présentait pas de garanties suffisantes pour assurer la protection des travailleurs, du public et de l'environnement au regard des risques radiologiques. Cet avis a été rendu alors que la première tranche du chantier était déjà en passe d'être terminée. À ce jour, il subsiste encore plus de 150 constructions à démolir. 

Le directeur d'exploitation de Placoplatre, à la divulgation de cet avis, a osé déclarer, par voie de presse, qu'il n'avait pas "d'état d'âme" !!! Un tel cynisme devant le fait accompli est tout simplement intolérable.

L'avis de l'IRSN démontre d'une manière indiscutable que les travailleurs et les riverains ont été mis en danger et cela dès le début des opérations de destruction du Fort.

En avril dernier, nous avons mis la main sur des documents officiels prouvant que le Commissariat à l'Énergie Atomique a réalisé sur le Fort de Vaujours d'importantes expérimentations mettant en œuvre du béryllium.

Le béryllium fait partie des produits chimiques les plus dangereux. Ce métal utilisé dans le nucléaire est non radioactif mais il est extrêmement toxique pour l'homme. Toute manipulation du béryllium comporte un risque très grave pour la santé. 

L'inhalation de poussières et autres fumées véhiculant des particules de béryllium peut, même à très faible dose et après l'arrêt de l'exposition, provoquer des cancers, ainsi qu'une autre maladie mortelle : la bérylliose.

En plus de la présence désormais avérée de contaminations à l'uranium, nous avons toujours pointé la quasi-absence d'analyse des sols au niveau des risques liés au métaux lourds ainsi qu'aux pollutions chimiques et pyrochimiques.

En effet, des contaminations à l'uranium, trouvées à leurs risques et périls par nos membres en 2011, ont été officialisées devant huissier de justice le 25 février dernier. Ces contaminations ont été niées pendant plus de 3 ans par Placoplatre. Par la force des choses, le 15 avril dernier, l'IRSN et l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ont été contraints d'admettre officiellement que le Fort de Vaujours était toujours contaminé.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Si l'irresponsabilité et l'incompétence manifeste de Placoplatre continuent, que se passera-t-il, sur ce site contaminé, quand il faudra achever la destruction des infrastructures du Fort, déplacer des millions de m3 de terres puis éclater la pierre à plâtre du massif de l'Aulnoye à coups d'explosifs ?

Quand le ministère de l'Environnement et les services de l'État vont-ils enfin prendre leurs responsabilités ?

Quand le ministère de la défense va-t-il enfin lever le voile sur les secrets qui pèsent sur ce lieu de conception des détonateurs des bombes atomiques françaises ?

Quand les préfectures vont-elles enfin prendre la pleine mesure des risques en cours et à venir que le projet de Placoplatre fait peser sur les travailleurs et les populations riveraines ?

Quand les élus des villes concernées vont-ils faire ce qui est nécessaire et indispensable pour faire stopper les démolitions en cours et mettre un terme à ce projet délirant aux portes de Paris ?

Nous sommes désormais toutes et tous au pied du mur.

Le collectif "Sauvons la Dhuis" re-demande avec plus de force que jamais que les destructions cessent sur-le-champ et que le projet d'exploitation de Placoplatre soit définitivement jeté aux oubliettes.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

lundi 19 mai 2014

Fort de Vaujours : 500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours

Article du Parisien en date du 19 Mai 2014 :

500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours

A l'appel de l'association Sauvons la Dhuis et d'EELV 93, 500 manifestants ont réclamé l'arrêt des démolitions engagées par Placoplâtre.

« Casse-toi, placo ! », pouvait-on lire samedi sur les pancartes des manifestants massés devant l'usine Placoplatre. Près de 500 personnes s'étaient donné rendez-vous pour demander l'arrêt du chantier de démolition engagé par le géant du plâtre au fort de Vaujours. Ancien centre d'expérimentation du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), le site, qui a fermé en 1997 après quarante ans d'essais de détonique à l'uranium, montre une radioactivité anormale dénoncée depuis 2001 par les associations locales et la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité).

LeParisien_19052014.jpg

Propriétaire de 40 ha de ce site classifié pollué par le ministère de l'Environnement et frappé d'une servitude d'utilité publique par la préfecture depuis 2005, Placoplatre a déjà démoli quelque 26 bâtiments. Lundi dernier, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a publié sur son site une note d'information dans laquelle le protocole de démolition établi par Placo est jugé « insuffisant ».

« Nous nous battons depuis des années pour que la pollution du site à l'uranium, mais aussi à d'autres substances hautement toxiques, soit reconnue par le CEA, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et Placo, a rappelé au micro Christophe Nédelec, de l'association Sauvons la Dhuis. En 2011, nous avons effectué nous-mêmes des mesures et, en deux heures et de nuit, nous avons trouvé des points chauds radioactifs à plus de trente fois la norme ! Ce qu'a fini par confirmer l'ASN le 25 février dernier, après que tous les acteurs nous ont traités d'affabulateurs ! Aujourd'hui nous demandons l'arrêt du chantier de démolition engagé en catimini par Placo, qui n'a même pas attendu l'avis de l'ASN sur son protocole ! »

En première ligne de la manifestation, la sénatrice (EELV) de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, a rappelé son engagement à organiser une réunion de travail avec la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avant l'été. Mais elle a surtout demandé un moratoire et « l'arrêt de la démolition avant que des études indépendantes soient réalisées sur l'ensemble du site ».

Le candidat aux européennes et ex-secrétaire national EELV, Pascal Durand, s'est, de son côté, engagé à aider à « faire stopper la démolition devant les tribunaux ». « La logique de Placo est celle du fait accompli, alors que l'on sait maintenant officiellement que le site est pollué, c'est indécent ! ».

Présent hier, le maire (DVD) de Courtry, Xavier Vanderbise, également vice-président de Marne et Chantereine, propriétaire d'une partie du fort, a assuré « qu'aucuns travaux ne seraient engagés par la communauté de communes avant que des études soient faites ! » « Je me suis rendu sur le chantier et les conditions de travail ne m'ont pas satisfait. Je vais demander au plus vite un rapport de l'inspection ! », a déclaré l'élu après avoir appelé à une éventuelle nouvelle mobilisation. « Il faudra se rendre à la préfecture et chez Placo en semaine pour faire barrage ! »

A ses côtés, dans le cortège, Grégory Jurado, conseiller municipal d'opposition Front de gauche, a demandé au maire de Courtry « de faire stopper la démolition par tous les moyens, notamment en utilisant son pouvoir de police ». Une solution qui était sur toutes les lèvres dans les rangs des manifestants.

Des « espions » dans les rangs

Si le ton de la manifestation était plutôt calme samedi, un épisode a montré que les manifestants pouvaient aussi montrer les dents. Eric Flamant, chargé de mission pour Placo, faisait partie du cortège. En « civil », c'est-à-dire sans le costume qu'il porte habituellement, celui qui est présenté comme un consultant par BPB Placo s'est fait huer par les manifestants qui l'ont accusé d'être « un espion infiltré », avant d'être obligé de quitter la manifestation. Certains ont même affirmé l'avoir vu « renseigner la police en donnant les noms des meneurs de la manifestation ». « Il a osé dire que les travaux de démolition n'entraîneraient pas l'exploitation de la carrière ! », a déclaré Didier Delperoux, d'EELV 93.

LeParisien_19052014_02.jpg

Sur Internet circule une vidéo qui montre Eric Flamant lors d'une réunion d'information chez un membre de l'opposition à Vaujours (Seine-Saint-Denis), José Da Silva. Il y déclarait alors en 2012 : « S'il y a un risque, ce sont nos ouvriers qui le prendront ! » Une sortie qui n'avait, à l'époque, pas échappé aux militants. D'autres intrus ont été aperçus durant la manifestation, écoutant les conversations et les entretiens privés des journalistes.

A l'issue du mouvement, Placoplatre a diffusé un communiqué assurant que « le projet d'exploitation est à un stade d'études jusqu'à fin 2015, qu'il sera soumis à autorisation préfectorale sur tous ses aspects : techniques, environnementaux et sanitaires ». Le géant du plâtre s'est également réjoui de l'éventualité d'une prochaine concertation constructive avec Ségolène Royal.

Marion Kremp | 19 mai 2014, 07h00

lundi 28 avril 2014

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours

Devant le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 17 Mai 2014 à 15h00, devant la plâtrière de Vaujours.

Fort2Vaujours_Manif_08022014_02.jpg

Manifestation pour la Vérité sur le Fort de Vaujours du 08/02/2014

Aux portes de Paris, Placoplâtre souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à Uranium, très probablement au Béryllium ainsi qu'en d'autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Après des années à nier l'évidence, les services de l'état au travers l'Autorité du Sûreté Nucléaire (ASN) ont enfin reconnu le 15 Avril 2014 que le site était toujours contaminé à l'uranium. Malgré la reconnaissance officielle des contaminations radioactives du site, Placoplâtre a commencé sans tarder la destruction des bâtiments du Fort.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Sans protocole validé par les services de l'état, les destructions, commencées en toute discrétion depuis des semaines, sont réalisées par des travailleurs de la société sous-traitante "Brunel Démolition", entité du groupe Colas.

Ces travailleurs n'ont pas d'autres consignes que de porter de simples masques anti-poussières et d'asperger d'eau les débris comme s'ils détruisaient de simples constructions ordinaires. Ceci n'est vraiment pas un "protocole" de sécurité adapté pour un site présentant une telle dangerosité.

Ces démolitions sont réalisées sans tenir compte de l’uranium, du béryllium, de l’arsenic et de toutes les substances chimiques dangereuses connues et inconnues utilisées par le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises, dont les expérimentations finales ont contaminé durablement l'environnement immédiat des populations du Sahara, de la Polynésie Française et d'ailleurs.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exiger l'abandon du projet insensé.

Le rendez-vous est fixé au 290 Rue de Meaux 93410 Vaujours, à l'entrée de l'usine, Samedi 17 Mai 2014 à 15h00.

Nous comptons sur vous très nombreux pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné et cela dans les délais les plus brefs.

C'est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l'éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.

Nos vies valent elles moins que du plâtre ?

Afin de montrer votre indignation, nous vous invitons à porter ce jour là un masque de protection contre les poussières.

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

- page 1 de 4