Sauvons la Dhuis

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 28 avril 2014

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours

Fort de Vaujours : Appel à Manifester Samedi 17 Mai à Vaujours

Devant le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre, le collectif Sauvons la Dhuis vous invite à manifester Samedi 17 Mai 2014 à 15h00, devant la plâtrière de Vaujours.

Fort2Vaujours_Manif_08022014_02.jpg

Manifestation pour la Vérité sur le Fort de Vaujours du 08/02/2014

Aux portes de Paris, Placoplâtre souhaite mettre en œuvre une carrière de plâtre à ciel ouvert sur les terres de l'ancien Fort de Vaujours. Ce site, lieu d’expérimentation des détonateurs des armes nucléaires françaises de 1951 à 1997, est contaminé à Uranium, très probablement au Béryllium ainsi qu'en d'autres substances et matières particulièrement dangereuses dont des munitions non explosées de la seconde guerre mondiale.

Après des années à nier l'évidence, les services de l'état au travers l'Autorité du Sûreté Nucléaire (ASN) ont enfin reconnu le 15 Avril 2014 que le site était toujours contaminé à l'uranium. Malgré la reconnaissance officielle des contaminations radioactives du site, Placoplâtre a commencé sans tarder la destruction des bâtiments du Fort.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25/02/2014 qui ont démontré officiellement que le Fort de Vaujours est toujours contaminé à l'Uranium.

Sans protocole validé par les services de l'état, les destructions, commencées en toute discrétion depuis des semaines, sont réalisées par des travailleurs de la société sous-traitante "Brunel Démolition", entité du groupe Colas.

Ces travailleurs n'ont pas d'autres consignes que de porter de simples masques anti-poussières et d'asperger d'eau les débris comme s'ils détruisaient de simples constructions ordinaires. Ceci n'est vraiment pas un "protocole" de sécurité adapté pour un site présentant une telle dangerosité.

Ces démolitions sont réalisées sans tenir compte de l’uranium, du béryllium, de l’arsenic et de toutes les substances chimiques dangereuses connues et inconnues utilisées par le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises, dont les expérimentations finales ont contaminé durablement l'environnement immédiat des populations du Sahara, de la Polynésie Française et d'ailleurs.

Nous vous invitons à nous rejoindre pour exiger l'abandon du projet insensé.

Le rendez-vous est fixé au 290 Rue de Meaux 93410 Vaujours, à l'entrée de l'usine, Samedi 17 Mai 2014 à 15h00.

Nous comptons sur vous très nombreux pour que la destruction du Fort de Vaujours cesse sur-le-champ et que ce projet surréaliste soit définitivement abandonné et cela dans les délais les plus brefs.

C'est la santé des travailleurs et des populations qui est en jeu par l'éclatement planifié de cette colline qui surplombe les villes de Vaujours, Courtry, Coubron et Villeparisis.

Nos vies valent elles moins que du plâtre ?

Afin de montrer votre indignation, nous vous invitons à porter ce jour là un masque de protection contre les poussières.

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

mardi 15 avril 2014

Fort de Vaujours : l'Autorité de Sûreté Nucléaire confirme la radioactivité

Fort de Vaujours : l'Autorité de Sûreté Nucléaire confirme la radioactivité du site

Suite à la confirmation des zones radioactives trouvées en 2011 par les associations, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) vient de confirmer officiellement la radioactivité du Fort de Vaujours et demande à Placoplâtre de prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir la protection des travailleurs et des populations riveraines.

Communiqué de l'ASN : http://www.asn.fr/Informer/Actualites/Fort-de-Vaujours-77-93

Pour rappel, le 25 Février dernier, des contaminations radioactives de 10 à 70 fois supérieures à la normale, trouvées par les militants associatifs en mai 2011, ont été confirmées par la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) et l'Association de Contrôle de la Radioactivité dans l'Ouest (ACRO) en présence de l'ASN, de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et d'un huissier de justice.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Les mesures de radioactivité du 25 Février 2014

Lors de ces mesures, un fragment d’uranium s’est détaché des murs d’une des anciennes casemates laboratoire. Selon le rapport de la CRIIRAD : « la concentration en uranium dans le fragment analysé est susceptible d’atteindre 12,5 millions de Becquerels par kilogramme soit une valeur plus de 300 000 fois supérieure à la concentration moyenne de l’uranium dans l’écorce terrestre ».

L'uranium est un toxique chimique radioactif qui présente une très forte dangerosité par inhalation et par ingestion. Une exposition par contamination interne peut donc avoir de graves effets sur la santé sous la forme de cancers et de leucémies.

Pour rappel, le Fort de Vaujours, situé à seulement 15 kilomètres de Paris, a été utilisé, de 1955 à 1997, par le Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) pour développer les détonateurs des bombes atomiques françaises.

Selon les archives du CEA, un nombre important d'expériences consistait à faire imploser, à l'air libre et en salles, des sphères creuses d'uranium. Il pouvait y avoir jusqu'à une cinquantaine d'implosions par jour lors des grosses campagnes de tirs.

En 1967, 20 salles de tirs étaient opérationnelles. Seulement 5 d'entre elles ont été à ce jour identifiées sur le site. L'emplacement des 15 autres est à ce jour inconnu. Selon le CEA, jusqu'à 10kg d'uranium pouvaient être utilisés par tir dont des milliers ont été réalisés à l'air libre. A la lecture des archives en notre possession, nous trouvons également trace de l'utilisation d'une autre matière radioactive : le Carbone 14.

À ce jour, aucune donnée ou étude fiable ne permet de savoir la quantité réelle d'uranium ayant contaminé les terres du site ou les puits profonds de dizaines de mètres dans lesquels les eaux de lavage des salles de tirs étaient évacuées.

Depuis 2011, tous les organismes de contrôle mandatés par Placoplâtre (CEA, IRSN et BURGEAP-NUDEC) ont déclaré ou délivré des rapports affirmant que les zones trouvées par les associations n'étaient pas contaminées.

Ces zones radioactives ont pourtant été découvertes par les associations, en mai 2011, après seulement 2 heures passées sur site, au moyen d'un simple compteur geiger du commerce.

Fort de permis de démolir ayant été délivrés par les mairies de Courtry et de Vaujours, Placoplâtre, depuis le mois de novembre 2013, a commencé la démolition des centaines de bâtiments du Fort de Vaujours.

Ces destructions sont réalisées :

  • Sans aucun état complet des contaminations radioactives du site, avec des partenaires et des prestataires incapables de les détecter depuis plus de 3 ans, même quand on leur indique précisément où elles se trouvent;
  • Sans aucune analyse exhaustive des risques liés aux pollutions chimiques, aux métaux lourds et à la présence de munitions non explosées;
  • Sans connaître la nature réelle des expérimentations nucléaires réalisées par le Commissariat à l'Énergie Atomique pendant plus de quarante ans.
  • Et surtout sans aucune mesure de protection prise pour la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" demande donc que cessent immédiatement ces destructions et l'abandon définitif du projet d'exploitation des sous-sols à ciel ouvert de Placoplâtre.

L’incompétence totale de l'ensemble des partenaires de Placoplatre à détecter les contaminations radioactives du Fort de Vaujours depuis plus de 4 ans et le démarrage irresponsable et inconscient de la démolition des bâtiments du site sont désormais les preuves irréfutables du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des habitations.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Restez connecté avec nous sur Twitter : https://twitter.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

jeudi 20 mars 2014

Le Fort de Vaujours : la destruction des bâtiments a commencé.

Le Fort de Vaujours : la destruction des bâtiments a commencé.

Nous venons d'apprendre que Placoplâtre, depuis le 07 Novembre 2013, a démarré, à l'abri des regards, la destruction des bâtiments du Fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_20032014_Permis_Demolition.jpg

Le permis de démolir accordé par la Mairie de Courtry

Pour rappel, le 25 Février dernier, une contamination radioactive 70 fois supérieures à la normale, trouvée par les militants associatifs en 2011 dans un ancien bâtiment, a été confirmée par la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) en présence de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) et d'un huissier de justice (http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/02/27/URGENT-Fort-de-Vaujours-%3A-Confirmation-officielle-de-la-contamination-radioactive).

Depuis 2011, tous les organismes de contrôles mandatés par Placoplâtre (CEA, IRSN et BURGEAP-NUDEC) ont été dans l'incapacité de détecter cette zone pourtant parfaitement identifiée et très facilement détectable.

Voir le communiqué de la CRIIRAD en date du 26 Février sur cette campagne de mesures : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Fort de permis de démolir délivrés par les mairies de Courtry et Vaujours, Placoplâtre a déclaré aux mairies, le 07 Novembre 2013, l'ouverture du chantier de démolition du Fort de Vaujours. Ce chantier est un préalable indispensable à la réalisation de son projet d'exploitation des sous-sols du site.

Fort2Vaujours_DeclarationChantier_Courtry.jpg

La déclaration du démarrage du Chantier de Démolition.

La destruction des 79 bâtiments du Fort Central, des 156 édifices construits autour de ce dernier ainsi que toutes les infrastructures et tunnels de liaison de l'ancienne fortification militaire, a donc commencé. Les permis de démolir permettent également l'abattage de plus d'un millier d'arbres.

Les permis n'ayant été contestés par personne ou par aucun organisme, tout recours administratif est désormais impossible.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

25/02/2014 : Entrée des techniciens dans le fort Central de Vaujours

La destruction des bâtiments et des infrastructures du Fort de Vaujours est donc réalisée :

  • Sans aucun état complet des contaminations radioactives du site, avec des partenaires et des prestataires incapables de les détecter depuis plus de 3 ans, même quand on leur indique précisément où elles se trouvent;
  • Sans aucune analyse exhaustive des risques liés aux pollutions chimiques, aux métaux lourds et à la présence de munitions non explosées;
  • Sans connaître la nature réelle des expérimentations nucléaires réalisées par le Commissariat à l'Énergie Atomique pendant plus de quarante ans;
  • Sans en avoir préalablement informé la Commission Locale de Concertation et de Suivi;
  • Sans attendre les résultats de l'enquête publique indispensable à toute exploitation des sous-sols du site;
  • Et surtout sans aucune étude d'impact sur la santé des travailleurs et des populations riveraines.

Le Collectif "Sauvons la Dhuis" demande donc que l’État prenne ses responsabilités et ordonne l'arrêt immédiat du chantier.

Nous demandons expressément l'abandon immédiat du projet d'exploitation de Placoplâtre : le démarrage irresponsable et inconscient de la démolition des bâtiments du site ainsi que l’incompétence totale de l'ensemble de ses partenaires à y détecter les contaminations radioactives sont désormais les preuves irréfutables du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des habitations.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

samedi 15 mars 2014

Fort de Vaujours : un reportage réalisé en 2001 pour le Vrai Journal de Karl Zéro

Fort de Vaujours : un reportage réalisé en 2001 pour le Vrai Journal de Karl Zéro

Un habitant de Coubron a exhumé une véritable pépite. Sur une vielle cassette VHS, il a retrouvé un reportage sur le Fort de Vaujours réalisé en 2001 pour le Vrai Journal animé par Karl Zéro. Il a envoyé la cassette à un laboratoire pour que celle-ci soit numérisée et il nous a contacté pour que puissions le diffuser.

Ce reportage est juste édifiant. Nous y voyons Lucien Baudouin ancien cadre du Commissariat à l'Energie Atomique raconter les tirs à l'uranium à l'air libre sur le poste RX3. Le dernier responsable du Centre d'Études Vaujours, Pierre Gicquel, explique aussi comment les poussières d'uranium au gré du vent se propageaient sur plusieurs centaines de mètres de rayon autour du Fort.

En mai 2002, dans des procès verbaux, le CEA a estimé officiellement avoir réalisé 2000 tirs à l'uranium sur le Fort de Vaujours dont 800 en casemates et 1200 à l'air libre avec une quantité maximale expérimentée estimée à 10 kg d'uranium par tir. Pendant la période d'activité, le CEA a estimé avoir utilisé un total de 1200 kg d'uranium. Les tirs à l'uranium, selon le CEA, auraient cessé en 1992. Il a également déclaré que 150 kg d'uranium auraient été dispersés et seraient donc toujours présents dans les sols et les sous-sols du site (Centre d'études de Vaujours : Rapport du Groupe Santé, Juillet 2002).

Dans ce reportage, nous découvrons, Monsieur Antigua en 2001 qui arrive à l'improviste sur le tournage du documentaire. Ce dernier a témoigné récemment dans la presse pour raconter les conditions de travail des sous-traitants sur ce site. Quand on sait que le 6 février dernier, suite à son témoignage, le CEA devant les élus du secteur a osé affirmer que M. Antiga a été abusé par les responsables des associations d’opposition qui l’ont amené à contrefaire la vérité.

Et bien, le collectif n'existait pas en 2001 et la majorité de ses associations non plus. Nous avons fait sa rencontre, pour la première fois, sur le tournage du reportage de France3 en janvier 2014. Nous nous demandons bien qui, dans ce dossier, cherche réellement à contrefaire la vérité ?

Témoignage de Mr Antigua dans l'édition du Parisien : Les révélations de 2 personnes ayant travaillées au Centre d'Études du Fort de Vaujours.

Voici donc ce reportage, qui a aussi surpris ceux qui connaissent bien le dossier (http://youtu.be/DQZnO4Lh5bE) :

jeudi 13 mars 2014

Fort de Vaujours : Reportage d'Actu-Environnement réalisé par Marie Jo Sader

Contamination radioactive aux portes de Paris : mythe ou réalité ?

Actu-Environnement.jpg

Lien vers le reportage vidéo sur le site d'Actu-Environnement : http://www.actu-environnement.com/ae/news/polemique-contamination-radioactive-fort-vaujours-21039.php4

Le Reportage Vidéo :

L'article associé au reportage Vidéo :

La polémique enfle sur la friche industrielle du Fort de Vaujours, anciennement exploitée par le CEA pour des recherches sur les armes nucléaires. Le taux élevé de décès chez les riverains du fait de tumeurs inquiète, tandis qu'un projet d'exploitation du gypse du sous-sol se profile.

Dix-sept ans que l'ancien centre atomique de Vaujours (départements 77 et 93) n'est plus qu'une friche industrielle et pourtant son passé militaire n'a pas fini de resurgir. En cause notamment : des pollutions radioactives générées par quarante années d'activités du CEA. Quarante années durant lesquelles le Commissariat à l'Energie Atomique va tester sur cette zone des sphères atomiques factices à l'uranium appauvri utiles au développement d'armes nucléaires.

Quels risques pour les riverains ?

Situé entre la Seine-et-Marne (77) et la Seine-Saint-Denis (93), ce site est-il aujourd'hui contaminé ? Et présente-t-il un risque sanitaire pour les riverains ? Une étude sur le taux de décès par tumeur dans la commune avoisinante de Courtry (77) interpelle : 55% pour les hommes, 49 % pour les femmes. Des pathologies thyroïdiennes seraient en constante augmentation selon Ludovic Toro, médecin sur la ville voisine de Coubron. Dès lors, le collectif "Sauvons la Dhuis" organise la mobilisation. En début d'année, une pétition circule. Elle sera suivie d'une manifestation rassemblant riverains, associations et élus au nom de la vérité sur l'état du site de Vaujours.

Mais l'Agence régionale de santé (ARS) d'Ile-de-France relativise ces chiffres qui, selon elle, ont été sortis de leur contexte. L'ARS fera également remarquer qu'il n'existe pas de lien entre le contact avec l'uranium appauvri et les pathologies de la thyroïde. Mais le site a-t-il été correctement dépollué ?

Débat autour de la contamination radioactive

Depuis que le CEA l'a quitté en 97, la procédure de dépollution ne va cesser d'être remise en question par des allées et venues d'experts sur le terrain. Notamment la Criirad, seul laboratoire indépendant, qui depuis sa première expertise en 2001, ne va cesser de clamer que le fort de Vaujours est toujours pollué.

Mais si ce site fait autant parler de lui aujourd'hui c'est en raison du projet de la société Placoplatre de creuser sous le fort une carrière à ciel ouvert. En effet l'ex-centre du CEA est situé sur un important gisement de gypse. En 2010, "Placo" a acquis 45 hectares du site pour étendre son exploitation alors que son usine à Vaujours est déjà le premier complexe plâtrier mondial.

Ce chantier est-il risqué ? Des poussières radioactives pourraient-elles être remises en suspension et ingérées ou inhalées ?

Le 25 février dernier, une nouvelle expertise est menée sur le fort en présence de trois organismes différents dont la Criirad et l'IRSN, organisme mandaté par l'Etat pour encadrer Placoplatre dans ses travaux. Sur place les experts se sont montrés en désaccords. La Criirad va mesurer sur un point une radioactivité 70 fois supérieure au bruit naturel tandis que l'IRSN refuse de confirmer ces résultats.

De son côté, Placoplatre assure vouloir respecter les servitudes dont le site fait l'objet depuis 2005 et qui préconisent des mesures précises si des pollutions étaient détectées sur le terrain. Mais comment faire confiance à ce projet lorsque l'organisme chargé de surveiller Placoplatre ne constate pas de pollutions significatives sur le site contrairement aux affirmations de la Criirad ?

Une chose est sûre, élus et associations restent divisés sur le destin du fort. Si certains brandissent le danger que peut représenter un tel chantier, d'autres estiment que le site, probablement encore pollué, ne peut plus être laissé à l'abandon et à la merci des ferrailleurs…

Marie Jo Sader

jeudi 27 février 2014

URGENT - Fort de Vaujours : Confirmation officielle de la contamination radioactive

URGENT - Fort de Vaujours : Confirmation officielle de la contamination radioactive

26/02/2014 : Nouveau communiqué du Collectif "Sauvons la Dhuis":

Mardi 25 février après-midi, à la demande des préfectures, le collectif "Sauvons la Dhuis" a été invité à participer à une campagne de mesures contradictoires de 3 points chauds dans l'enceinte du Fort de Vaujours. Deux de ces points avaient été identifiés par la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) dans le cadre d’une étude préliminaire conduite en 2001. Le Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) s’était engagé à l’époque à les décontaminer.

Fort2Vaujours_25022014_FrontonFort_Web.jpg

Entrée des techniciens dans le fort Central de Vaujours

L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), a confié la réalisation de cette campagne de mesures à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et à l'Association pour le Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest (ACRO). La CRIIRAD a finalement été acceptée suite aux pressions des associations locales.

Depuis 2012, la CRIIRAD indique que les mesures réalisées par les associations en 2011 avec un compteur Geiger RADEX devaient être prises en considération et que l’absence de détection des points de contamination par les organismes mandatés par PLACOPLATRE (IRSN et BURGEAP) ainsi que par le CEA était probablement lié à un choix d’appareils inadaptés (voir la Vidéo CRIIRAD : http://www.criirad.org/vaujours/detection-uranium-appauvri-vaujours.html).

Fort2Vaujours_25022014_Casemate_Web.jpg

Intenses discussions entre les techniciens sur le protocole de mesures dans la casemate TC1.

Lors de la réunion préalable aux prises de mesures du 25 février, la CRIIRAD a insisté pour que les mesures soient effectuées avec un contaminomètre alpha-bêta-gamma ce que ne prévoyait pas le protocole initial préparé par l’IRSN!!!

Le verdict a été sans appel : 2 zones de contamination ont été détectées au niveau des points PC4 et CEA1. Avec un bruit de fond naturel situé autour de 2 coups par seconde, les mesures de la CRIIRAD au moyen d'un contaminomètre sensible aux rayonnements alpha, bêta et gamma (Canberra MCB2) ont révélé une radioactivité à 37 coups par seconde à 20 cm en dessous du point PC4 et à 133 coups par seconde au contact du point CEA1.

Pendant les prises des mesures qui ont pris des heures, un micro fragment métallique s'est détaché du mur au point CEA1 avant de tomber au sol. La CRIIRAD a mesuré ce fragment, probablement d'uranium, à 140 coups par seconde (alpha-beta-gamma). Il a été ensuite prélevé par l'IRSN pour des analyses approfondies en laboratoire.

Lien vers la vidéo des prises de mesures et du fragment métallique radioactif qui s'est décroché du mur : http://youtu.be/a2kaDplvr8A

Rappelons que l'uranium est un produit très toxique à la fois sur le plan chimique et radiologique. Il est particulièrement dangereux par ingestion et plus encore par inhalation. Une exposition par contamination interne peut avoir sur le long terme des effets sur la santé sous forme de cancers et de leucémies.

Ainsi une contamination radioactive plus de 70 fois supérieure à la normale a bien été confirmée par la CRIIRAD en présence de l’ASN dans la casemate de tir TC1 du Fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_25022014_Fragment_Video.jpg

Le fragment de matière radioactive tombé au sol qui a été prélevé pour analyse en laboratoire

Le point CEA1 mesuré à une valeur 33 fois supérieure à la normale par les associations en mai 2011, avait été signalé à sa découverte par voie de presse, mais cette mesure a constamment été réfutée par les organismes de contrôles mandatés par Placoplâtre.

Ces contaminations radioactives ont donc été révélées en présence de la presse, de représentants des préfectures de Seine-saint-Denis et de Seine-et-Marne, d'élus locaux des villes de Vaujours, Courtry, Coubron, Villeparisis et Livry-Gargan. Des cadres de Placoplatre et des associations locales étaient également présents.

Par conséquent, comme la CRIIRAD l’avait rappelé en décembre 2012, (http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/remarques-CRIIRAD-CLCS-VAujours.pdf), le Fort de Vaujours est bel et bien toujours contaminé par des matières radioactives. La controverse est donc terminée.

Voir le communiqué de la CRIIRAD en date du 26 Février sur cette campagne de mesures : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/26-fev-2014.pdf

Devant l’incapacité accablante de mettre en évidence un point clairement identifié depuis 2011, quelle valeur peut-on accorder à toutes les analyses réalisées sur le Fort pour le compte de Placoplâtre depuis 2010 par l'IRSN, le BURGEAP et le CEA ? Comment de tels organismes peuvent-ils avoir montré autant d'incompétences ?

Il est temps désormais que les préfectures, les élus locaux, les parlementaires et le gouvernement Français prennent enfin la pleine mesure des contaminations radioactives et autres pollutions du Fort de Vaujours.

Nous leur demandons expressément de mettre un terme définitif au projet d'exploitation en carrière à ciel ouvert sur ce site : L’incompétence totale de l'ensemble des partenaires de Placoplatre à détecter les contaminations radioactives du Fort de Vaujours depuis plus de 4 ans est désormais la preuve irréfutable du caractère aventureux et particulièrement dangereux de ce projet situé à seulement quelques kilomètres de Paris et à proximité quasi-immédiate des premières habitations.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

dimanche 23 février 2014

Fort de Vaujours : l'exemple du Fort de Sucy

Avec le Fort de Vaujours, il a beaucoup été question des risques liés aux contaminations radioactives, aux pollutions chimiques et en métaux lourds ainsi que la présence de munitions non explosées.

Il ne faudrait pas oublier que le Fort de Vaujours est aussi un ouvrage militaire de la fin du XIXe siècle à forte valeur patrimoniale. Certains estiment qu'il devrait être classé au patrimoine historique de notre région.

Nous allons vous montrer l'exemple du Fort de Sucy. Edifié entre 1879 et 1881, le Fort de Sucy, comme le Fort de Vaujours, était un élément de la 2ème Ceinture Fortifiée de Paris, un système mis en place par le général Séré de Rivières après le siège de la capitale en 1870. Ces Forts sont les derniers exemples en pierre de taille de l'architecture militaire de la fin du XIXe siècle.

Fort2Sucy_IMG_4434_5_6.jpg

Entrée et Fronton du Fort de Sucy

A l'inverse du Fort de Vaujours, le Fort de Sucy, propriété de la commune de Sucy, a été sauvegardé et préservé de la destruction. Il est désormais ouvert au public ainsi qu'aux activités du tissu associatif local. C'est un bel exemple de réhabilitation pour le devenir du Fort de Vaujours.

Samedi 23 Février 2014, nous avons visité le Fort de Sucy en compagnie de Jean-Charles de l'association "A la Découverte du FORT DE SUCY (ALDFS)".

Fort2Sucy_IMG_4449_50_51.jpg

Entrée du Fort de Sucy

Fort2Sucy_IMG_4544_5_6.jpg

Fort2Sucy_IMG_4371_2_3.jpg

Fossés sec du Fort de Sucy

Fort2Sucy_IMG_4335_6_7.jpg

Fort2Sucy_IMG_4538_39_40.jpg

Fort2Sucy_IMG_4467_8_9.jpg

La jeep d'époque de Jean-Charles

Merci à Jean-Charles pour cette visite exceptionnelle.

Voir l'album photos complet avec plus de photos et d'observations sur Google Picasa :

Le Fort de Sucy

jeudi 20 février 2014

Fort de Vaujours : Réunion publique Mardi 25 Février à Sevran

Fort de Vaujours : Réunion publique Mardi 25 Février à Sevran

Mardi 25 février 2014 à partir de 14h30, le collectif "Sauvons la Dhuis" participe à une visite technique du Fort de Vaujours avec la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), l'Autorité de Sureté Nucléaire (ASN), Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) et l'Association pour le Contrôle Radioactivité dans l'Ouest (ACRO).

Fort-de-Vaujours_IMG_8304.jpg

Fronton du Fort de Vaujours

Dans la continuité de cette visite, le collectif "Sauvons la Dhuis" organise une réunion publique pour évoquer la problématique des contaminations radioactives et des pollutions du Fort de Vaujours.

Cette réunion aura lieu Mardi 25 Février 2014 à partir de 20h30. Elle se déroulera dans la salle Crétier, 5 rue Roger le Maner à Sevran (93270).

Cette réunion aura pour objectif de vous expliquer toutes les problématiques du devenir du Fort de Vaujours au regard de son histoire, de vous projeter des images d'archives des expérimentations du Commissariat à l'Energie Atomique sur ce site et mettre à votre disposition toute la documentation dont nous disposons. Vous aurez également toute liberté de vous exprimer et d'échanger avec nous.

Bruno Chareyron, en tant que directeur du laboratoire de la CRIIRAD, sera également présent. Il pourra présenter les travaux et les études réalisés en 2001/2002 sur le Fort de Vaujours ainsi que l'analyse de la CRIIRAD des problématiques associées aux projets à venir. Il pourra également répondre à toutes vos questions et remarques liées aux contaminations radiologiques du site.

Lien vers le communiqué de la CRIIRAD du 5 Février 2014

Finalement, nous voudrions remercier la ville de Sevran pour avoir été si réactif à nous fournir une salle dans des délais aussi brefs.

En comptant sur vous nombreux,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/pages/Sauvons-la-Dhuis/1378477362397996

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

mardi 11 février 2014

Fort de Vaujours : Succès de la manifestation du 8 février 2014

Fort de Vaujours : Succès de la manifestation du 8 février 2014

10/02/2014 : Nouveau communiqué du Collectif "Sauvons la Dhuis":

Samedi 8 février 2014, malgré une météo particulièrement défavorable et des accès en transport en commun compliqués, vous avez été plus de 400 citoyens à participer, dans le calme, à notre manifestation, de Coubron à Courtry, afin d'exiger la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours.

IMG_4146w.jpg

Dans son communiqué, en date du 5 février, la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) a affirmé qu'il persistait « une contamination radiologique en particulier par de l’uranium appauvri utilisé par le CEA DAM » (ndlr : Commissariat à l'Énergie Atomique / Direction des Applications Militaires) « pour des tirs à l’air libre et en casemates » sur le Fort de Vaujours.

Fort-de-Vaujours_IMG_8301.jpg

Entrée du Fort Central de Vaujours

Cette association indépendante a également précisé qu'il lui était impossible d'évaluer les risques liés au projet de carrière de gypse à ciel ouvert de Placoplatre sans obtenir en préalable du CEA des « informations détaillées sur la localisation des fosses, canalisations enterrées et autres ouvrages susceptibles d’être contaminés en profondeur sur le plan radiologique, chimique et pyrotechnique ».

Moronvilliers_TirFroid.jpg

Tir à l'uranium à l'air libre (Source CEA)

Le 06 février, nous pensions qu'après une question au gouvernement demandant la vérité sur le Fort de Vaujours posée par une sénatrice de Seine-Saint-Denis, l'État Français aurait enfin pris ses responsabilités appréciant toute la mesure de la situation afin d'empêcher qu'une carrière à ciel ouvert ne soit ouverte à une quinzaine de kilomètres de Paris sur un site contaminé à l'uranium, comme l'affirme la CRIIRAD.

C'était sans compter sur l'influence de Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain !!!

Jeudi 06 février, au matin, des élus triés sur le volet dont beaucoup de la majorité présidentielle, ont été invités à l'usine de Placoplatre pour être reçus par les dirigeants de cette société, des représentants du CEA ainsi que par les préfets du secteur. Un très important service d'ordre composé de forces de police et de vigiles missionnés par Placoplatre a été mis en œuvre afin que cette réunion puisse se faire à l'abri des regards et des oreilles indiscrets.

CEA_TIR_FROID.jpg

Tir froid en caméra haute vitesse (Source CEA)

A l'issue de cette réunion à huis clos, l'affaire était entendue : tous les moyens devront être mis en œuvre afin de mettre un terme le plus vite possible à la dynamique de vérité sur le Fort de Vaujours du Collectif "Sauvons la Dhuis".

Cela commence le jour même, à 15h10, quand le ministre de l'écologie, Monsieur Philippe Martin, en réponse aux questions de la Sénatrice, se met à lire une réponse ressemblant à s'y méprendre au discours d'un chargé de communication de Placoplatre !!!

Le lendemain, tandis que cela est prouvé au travers de publications officielles, de déclarations versées lors de l'enquête publique d'abandon du fort et des témoignages concordants de personnes ayant travaillé sur le site, Placoplatre lors d’une conférence de presse a affirmé qu'aucun tir à l'uranium à l'air libre n'a été réalisé de 1951 à 1997 par le CEA !!!

Voir l'article du Parisien « J'ai réalisé des tirs d'uranium à Vaujours », Publié le 12.06.2000 : http://www.leparisien.fr/faits-divers/j-ai-realise-des-tirs-d-uranium-a-vaujours-12-06-2000-2001433961.php

Extraits du livre du CEA, si Vaujours m'était conté :

Fort2Vaujours_CEA_Livre_Extraits.jpg

Placoplatre et le CEA s'opposent aussi à l'expertise reconnue de la CRIIRAD et réaffirment à l'unisson que le site a été complètement décontaminé tandis que le CEA lui même affirmait en 2000 que des « zones tellement contaminées avaient été noyées dans le béton compte tenu de l'impossibilité de les décontaminer ». A l'époque, le CEA avait aussi admis qu'une « quantité d'uranium avait gagné la masse de gypse sous-jacente, via les réseaux d'eau pluviale et les puits d'infiltration » (Source : 2ème bureau des installations classées en préfecture).

Concernant le point de radioactivité « CEA 1 » sur lequel Placoplatre base toute sa stratégie de communication, Hélios Buissart, ancien vice-président de l'association l'effort de Vaujours, affirme avoir montré la contamination radiologique de ce point avec un compter Geiger à Placoplatre ainsi qu'à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) lors de plusieurs visites techniques du Fort, entre 2011 et 2012 !!! Ce point a-t'-il été décontaminé depuis ?

La veille de notre manifestation, le couperet tombe. Monsieur Claude Évin, en sa qualité de directeur de l'Agence Régionale de Santé d'île-de-France (ARS), malgré des demandes unanimes reçues de maires, de sénateurs et de députés de tous horizons politiques, refuse de commanditer des études épidémiologiques, afin d'investiguer sur les cas de cancers des villes situées autour du Fort de Vaujours. Dans un courrier adressé au président de la Communauté de Marne et Chantereine, il ose même écrire : « Souhaitant que ces informations vous aident à rassurer les populations concernées » !!!

Ainsi depuis le sommet de l'État Français, il a donc été décidé de tenter de confisquer la vérité aux citoyens.

Devant ces tentatives pour nous réduire au silence, les élus de Villeparisis, eux, ont voté dans le courant de la semaine, une motion parfaitement conforme à notre pétition. Nous espérons que les élus des villes de Courtry, Coubron et Vaujours sauront la prendre comme un bel exemple à suivre.

>> Lien vers la motion de la Ville de Villeparisis

IMG_4148w.jpg

Le collectif "Sauvons la Dhuis", malgré les pressions qui pèsent sur lui, reste plus mobilisé que jamais. De nouvelles actions vont être initiées car il est essentiel pour l'avenir de notre territoire que la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours soit révélée aux citoyens français.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation du 8 février sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

jeudi 6 février 2014

Fort de Vaujours : 05-02-2014 - Le communiqué de la CRIIRAD

Ce Jeudi, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD), qui a travaillé sur le Fort de Vaujours en 2001 et 2002, a décidé de remettre les pendules à l'heure.

Devant les explications abracadabrantesques de Placoplâtre, du CEA et de l'IRSN afin de tenter d'endiguer la marche citoyenne pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours, la CRIIRAD a décidé de délivrer un communiqué qui fera date dans notre quête acharnée pour la vérité.

Nous vous invitons à le lire ce communiqué avec beaucoup d'attention : http://www.criirad.org/actualites/dossier2014/vaujours/5-fev-2014.pdf

CRIIRAD_Fort2Vaujours_05022014_10.jpg

CRIIRAD_Fort2Vaujours_05022014_11.jpg

CRIIRAD_Fort2Vaujours_05022014_12.jpg

CRIIRAD_Fort2Vaujours_05022014_13.jpg

CRIIRAD_Fort2Vaujours_05022014_14.jpg

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

samedi 1 février 2014

Fort de Vaujours : l'Affiche de la Manifestation du 8 février 2014

Fort de Vaujours : l'Affiche de la Manifestation du 8 février 2014

affiche collectif V1

Lien vers cette affiche en Haute définition : http://sauvons.dhuis.fr/public/Manifestation/Fort2Vaujours_Affiche_Manifestation_01.jpg

Fort de Vaujours : Appel à manifester Samedi 8 Février 2014 après-midi

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à avoir signé la pétition du Collectif "Sauvons la Dhuis" pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du fort de Vaujours.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à vous indigner devant les projets surréalistes de Placoplâtre et de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine (CAMC), sur un ancien site du Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) contaminé par des matières radioactives, pollué aux métaux lourds, chimiquement souillé et piégé par des obus non explosés depuis la seconde guerre mondiale.

Dhuis_Manif02.jpeg

Novembre 2011, manifestation victorieuse pour empêcher la vente de 4,7 kms de la Dhuis à Placoplâtre.

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à demander la vérité sur l'état de santé des populations locales qui souffrent, dans l'indifférence, de taux de décès par cancer anormalement élevés depuis des dizaines d'années.

Depuis le lancement de notre pétition, des anciens du CEA du Fort de Vaujours et des médecins du secteur se sont mis spontanément à parler et à nous soutenir. La chape de plomb est en train de se fissurer. L'heure de la vérité a sonné.

Devant les tentatives d'élus de minimiser la gravité de la situation, le silence absolu des services de l'ÉTAT, le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre et les voeux pieux de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine :

Le collectif « Sauvons la Dhuis », vous invite à une marche pour dire :

NON aux projets de Placoplâtre et de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine

POUR que tous les moyens soient donnés afin de trouver les causes des taux élevés de décès par cancer dont souffrent les riverains du Fort de Vaujours.

Cette marche aura lieu Samedi 8 Février 2014 à partir de 14h30. Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Coubron (93470), au niveau la place du Pâtis.

Cette marche pour la santé des citoyens, d'une durée de 2 heures, permettra de faire un aller-retour de Coubron (93470) à Courtry (77181), entre la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne.

Dhuis_19112011_Manifestation_04.jpg

Novembre 2011, manifestation victorieuse pour empêcher la vente de 4,7 kms de la Dhuis à Placoplâtre.

Samedi 8 février 2014 à 14h30, d'où que vous soyez, nous comptons donc fortement sur votre participation afin de préserver la santé des habitants et des personnes qui interviendront sur le site et pour exiger que Placoplâtre et la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine abandonnent DÉFINTITVEMENT leurs projets respectifs d'une carrière à ciel ouvert et d'une zone d'activité économique sur le fort de Vaujours.

Nous comptons également sur vous nombreux pour demander la levée du secret défense et la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire relative aux conséquences des expérimentations nucléaires réalisées au Centre d'études du Commissariat à l'Énergie Atomique de Vaujours-Courtry.

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

jeudi 30 janvier 2014

Fort de Vaujours : de l'uranium dans le gypse ?

Fort de Vaujours : de l'uranium dans le gypse ?

30/01/2014 - Communiqué du collectif "Sauvons la Dhuis"

Dans notre pétition, déjà signée par plus 82.000 personnes, nous avions signalé que du début des années 1960 jusqu'en 1997, le Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA), après chaque tir à l'uranium en casemates, évacuait les éclats, poussières et autres déchets à grandes eaux dans des puits dit de "lavage" profonds de plusieurs dizaines de mètres.

CEA_TIR_FROID.jpg

Tir froid à l'uranium pris avec une caméra haute-vitesse (Source - Archive CEA)

En effet, 14 de ces puits ont été recensés sur le site. Certains ont été bouchés avec du béton à la cessation des activités du CEA entre 1995 à 1998.

Lors de l'enquête publique de 2000, le CEA, après avoir nié vigoureusement pendant des années toute pollution du Fort de Vaujours, avait fini par reconnaitre que certains ouvrages contaminés avaient été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer.

Sous la pression de l'époque, le CEA avait aussi fini par admettre qu'une quantité d'uranium avait gagné la masse de gypse sous-jacente, via les réseaux d'eau pluviale et les puits d'infiltration (Source : 2ème bureau des installations classées en préfecture).

Quelle est cette quantité d'uranium qui contaminerait l'or blanc convoité par Placoplâtre ?

Nous nous sommes renseignés : lors des "petits" tirs d'uranium qui faisaient vibrer les vitres des riverains, le CEA utilisait des sphères d'uranium d'environ 250 à 300 grammes, de 4cm de diamètre; pour les tirs plus important, les sphères étaient d'autant plus grosses.

Les témoignages d'anciens du CEA confirment qu'après chaque explosion les poussières radioactives en suspension dans l'air étaient directement envoyées dans l'atmosphère alors que les poussières et autres éclats au sol étaient poussés à grandes eaux directement dans des puits de lavage. Le CEA a pratiqué de 4 à 8 tirs par jour en casemates du début des années 1960 jusqu'à la fermeture du centre d'expérimentation en 1997.

CEA_SPHERE_URANIUM_03.jpg

Sphère de tir à l'uranium (Source : Archive CEA)

Dans les années 1950, selon le CEA lui même, les tirs à l'uranium dont les gros tirs étaient réalisés à l'air libre !!!

Moronvilliers_TirFroid_Web.jpg

Tir froid à l'air libre (Source : Archive CEA)

Un calcul simple permet de se faire une idée des quantités d'uranium qui ont pu atteindre les masses de pierre à plâtre des sous-sols du Fort de Vaujours. Rien qu'avec des hypothèses basses, 5 tirs par jour avec des sphères d'uranium de 275 grammes, 200 jours par an, pendant 40 ans : cela représente 11 tonnes d'uranium, oui vous savez bien lu : 11 tonnes.

Nous avons donc potentiellement plusieurs tonnes d'uranium dans l'or blanc de Placoplâtre.

Pourquoi Placoplâtre, en 4 ans, n'a t'il pas demandé à l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) d'inspecter ces puits ?

Pour rappel, le 24 Janvier 2014, l’IRSN a publié une note précisant que « les analyses radiologiques conduites par l’IRSN ne constituent pas un « état radiologique du site » permettant une évaluation d’un risque sanitaire éventuel induit pour les populations riveraines» .

Pourquoi Placoplâtre a t'il recouvert ces puits de dalles de béton ?

Comment Placoplâtre peut il encore affirmer qu'il n'y a pas de problème de contamination radioactive du site suite aux révélations de l'IRSN, aux analyses de la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) et aux témoignages d'anciens du CEA dont certains parlent de fosses remplies de conteneurs pleins de matières radioactives ?

N'est-ce qu'une pure coïncidence, si le 5 mai 2009, soit presque une année avant le rachat de 31 hectares du Fort de Vaujours par Placoplâtre, a été publié un arrêté permettant des dérogations autorisant la présence de matières radioactives, entre autres, dans les matériaux de construction ?

Pour information, cet arrêté, pris en dépit d’un AVIS DEFAVORABLE de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN), banalise, selon cette dernière, la délivrance de dérogation de ce type. La CRIRAD s'oppose également à cet arrêté depuis sa publication.

IMG_0266w.jpg

Accès à un des 14 puits de "lavage" du Fort de Vaujours en 2011

Le 6 février 2014 prochain, à 08h30, Placoplâtre reçoit officiellement des élus triés sur le volet. Les cadres de cette société seront accompagnés de représentants du CEA.

Et oui, les propriétaires d'hier s'associent avec ceux d'aujourd'hui, le CEA sera donc présent, comme en 1997, pour tenter de faire croire aux politiques que cet ancien site de conception des détonateurs des bombes atomiques françaises, dont les activités entre 1951 et 1997 sont toujours frappées du secret défense, est normal !!!

La presse et les associations bien sûr, ne sont pas invitées. C'est tout l'art de la transparence par l'absence des questions qui fâchent et du débat contradictoire !!!

Voilà encore le genre de manœuvre qui renforce le collectif "Sauvons la Dhuis" dans sa lutte pour l'abandon immédiat du projet de carrière de gypse à ciel ouvert sur les emprises du fort de Vaujours.

Le projet Placoplâtre ne doit pas constituer un frein a l'établissement de la vérité sur la nature réelle des risques : liés aux contaminations radioactives, aux pollutions chimiques, à la présence de métaux lourds et de munitions non explosées.

C'est aussi pour cela que nous demandons, en ce lieu, la levée du secret défense sur les activités du CEA auprès de l'État Français.

Pour rappel, nous comptons sur votre participation à la manifestation que nous organisons Samedi 8 février 2014, de Coubron à Courtry. Le point de rendez-vous est fixé, place du Pâtis à Coubron (93470) à partir de 14h30.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation du 8 février sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

lundi 27 janvier 2014

Fort de Vaujours : les révélations de l'IRSN

Fort de Vaujours : les révélations de l'IRSN

27/01/2014 : Nouveau communiqué du Collectif "Sauvons la Dhuis":

Après nos précédents appels à signer notre pétition pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours (Déjà signée par plus de 82.000 personnes), la société Placoplâtre évoque les missions pour lesquelles elle aurait sollicité l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) afin de réaliser des mesures radiologiques.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Fort-de-Vaujours_IMG_8301.jpg

Entrée du Fort de Vaujours en 2010.

En effet, depuis 2011, Placoplâtre, filiale du Groupe Saint-Gobain, tente de rassurer les préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne, les élus ainsi que les habitants des environs en s'appuyant sur des analyses de l'IRSN qui affirmeraient qu'il n’existe aucune contamination radioactive sur le site.

Logo-IRSN.jpg

Le 24 Janvier 2014, pressé par la médiatisation de notre pétition, l'IRSN a publié pour sa part une note d'information relative au fort de Vaujours.

La note de l'IRSN : IRSN_NI-Fort-Vaujours-Controles-Radiologiques_24012014.pdf

La lecture de cette note est édifiante, accablante et laisse sans voix.

On y apprend que la société Placoplâtre,s’était engagée en 2011, à rendre publics les résultats de leurs analyses. A ce jour, le collectif "Sauvons la Dhuis", malgré des demandes répétées, n'a jamais réussi à les obtenir. Cet engagement n'a donc jamais été tenu, aucun document de l'IRSN n'a jamais été communiqué lors des différentes réunions avec Placoplâtre sur le sujet !!!

Cette note met également en évidence des analyses réalisées à la demande exclusive de Placoplâtre. Celles-ci ont été limitées à l'analyse de carottes de sondages des sols réalisés par d’autres prestataires sans aucune garantie de provenance; ainsi qu'à la seule étude de points de contamination radioactifs ciblés lors des campagnes de prospection très limitées de 2001/2002 réalisées par la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) et la SUBATECH.

Dans cette note, l’IRSN affirme enfin que « les analyses radiologiques conduites par l’IRSN ne constituent pas un « état radiologique du site » permettant une évaluation d’un risque sanitaire éventuel induit pour les populations riveraines ».

La semaine dernière, dans la presse, le directeur général adjoint de l'IRSN a même confirmé que le site n'a été que très partiellement décontaminé en 2001/2002, pour lui : "le nettoyage a été fait" (seulement) "dans des zones ciblées".

À ces révélations, Il faut aussi ajouter les témoignages édifiants d'anciens du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) et de la CRIIRAD qui déclarent depuis des années :

  • que les moyens mis en œuvre en 2001/2002 par le CEA n'étaient pas en mesure de détecter les contaminations radioactives des sols en dessous de quelques centimètres de profondeur,
  • qu'un bloc d'uranium 238 sous quelques centimètres de terres est très difficile à déceler en surface,
  • que le CEA a reconnu que certains ouvrages contaminés ont été noyés dans le béton compte tenu de l’impossibilité de les décontaminer,
  • que les eaux potentiellement contaminées par les tirs à l'uranium, étaient déversées dans des puisards qui peuvent être contaminés en profondeur,
  • que les résultats des mesures de radioactivité réalisées sur site par les associations en 2011, 33 fois supérieures à la norme "doivent être pris en compte"

Les révélations de l'IRSN font donc éclater avec force, une bien triste vérité : aucun état radiologique complet du site n’a jamais été réalisé, et pourtant, cela n'empêche pas la société Placoplâtre de laisser entendre haut et fort que tout est normal et de s'enfoncer dans un jusqu'au-boutisme irresponsable.

Cette situation ne peut plus durer.

Vaujours_Fort_Central_Radex_331_09052011-Web.jpg

Mesure de radioactivité à 33 fois la norme prise dans l'enceinte du fort de Vaujours en Mai 2011 avec un RADEX 1503.

Si nous voulons bâtir ensemble un avenir serein et partagé en ce lieu, il ne doit plus y avoir d'actes inconscients de dissimulation et de minimisation des risques.

Cet industriel ne doit plus être juge et partie des dangers qu'il fait courir à ses employés, à ses sous-traitants ainsi qu'aux populations riveraines des villes de Courtry, Coubron, Vaujours et d'ailleurs.

C'est pourquoi, le collectif "Sauvons la Dhuis" re-demande avec force, l'abandon immédiat du projet de carrière de plâtre à ciel ouvert sur les emprises du fort de Vaujours.

Le projet de Placoplâtre ne doit plus être un obstacle à l'établissement de la vérité sur la nature réelle des risques liés aux contaminations radioactives, aux pollutions chimiques, à la présence de métaux lourds et de munitions non explosées.

Ainsi nous demandons aux préfets de Seine-Saint-Denis et de Seine-et-Marne de publier, dans les plus brefs délais, des arrêtés préfectoraux interdisant :

  • l'exploitation des sols et des sous-sols du site
  • la destruction des bâtiments du fort de Vaujours
  • toute occupation humaine du site hormis celle liée à la sécurisation des accès du site

Ceci est un préalable indispensable pour que tous les moyens soient mis en œuvre, de façon indépendante, afin que toute la lumière soit faite sur les contaminations du fort de Vaujours.

C'est aussi pour cela que nous demandons, en ce lieu, la levée du secret défense sur les activités du CEA auprès de l'État Français.

Ce n'est que lorsque la vérité sera parfaitement établie et connue de tous, qu'un avenir pour le fort de Vaujours pourra être envisagé, ensemble.

Pour rappel, nous comptons sur votre participation à la manifestation que nous organisons Samedi 8 février 2014, de Coubron à Courtry. Le point de rendez-vous est fixé, place du Pâtis à Coubron (93470) à partir de 14h30.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation du 8 février sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

samedi 25 janvier 2014

Journal POLITIS : Le fort de Vaujours miné par l’atome

Politis.gif

POLITIS : Le fort de Vaujours miné par l’atome

En région parisienne, un ancien site d’expérimentations nucléaires est l’objet d’une bataille entre l’entreprise BPB Placo, qui souhaite en faire une mine à ciel ouvert, et un collectif d’associations, qui affirme que les lieux ont subi une pollution radioactive.

Article paru dans Politis n° 1287

Voilà plus de dix ans que l’avenir du fort de Vaujours, à cheval entre la Seine-et-Marne et la Seine-Saint-Denis, est sujet à polémique. Aujourd’hui, le collectif Sauvons la Dhuis sonne l’alarme : trop d’incertitudes entourent le site, et la mine de plâtre qui devrait le remplacer constitue un danger. Construit en 1876, le bâtiment a été la propriété du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de 1951 à 1997. L’organisme y réalisait des expériences pyrotechniques pour développer des détonateurs de bombes atomiques. Il utilisait de l’uranium appauvri qui, d’après les témoignages d’anciens employés, atterrissait parfois à plusieurs centaines de mètres de là.

Fort-de-Vaujours_IMG_8301.jpg

Fronton du Fort de Vaujours

En 1997, le CEA quitte les lieux et commence à nettoyer le site. Quatre ans plus tard, lors d’une campagne de mesures à la demande de plusieurs associations, la Commission de recherche et d’investigation indépendantes sur la radioactivité (Criirad), créée à la suite de la catastrophe de Tchernobyl, est autorisée à faire des relevés sur le site. Plusieurs zones radioactives sont détectées. « À l’époque, le CEA a reconnu avoir bétonné des zones trop contaminées pour être nettoyées », se souvient Bruno Chareyron, responsable du laboratoire de la Criirad. Le CEA poursuit son assainissement. « Seulement 1 000 mètres carrés sur 45 hectares !, déplore Christophe Nédélec, du collectif Sauvons la Dhuis.

Fort2Vaujours_Politis_22012014_04.jpg

Nettoyer correctement le site coûterait très cher. » D’après Jérôme Joly, directeur général adjoint de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), le nettoyage a été fait dans des zones ciblées, ce qui, « sur le principe, ne le choque pas ». En 2005, la préfecture décide de frapper le site de servitudes pour encadrer l’exploitation du terrain : « Les terres issues de travaux de terrassement, construction ou modification du terrain doivent être stockées sur le site même. » Son utilisation pour un usage résidentiel ou recevant du public est interdite, et tous les travaux devront être contrôlés par l’IRSN.

Des servitudes qui seraient un simple « principe de précaution » pour Xavier Clément, porte-parole du CEA. « Les diverses commissions et services de l’État avaient de toute façon établi qu’il n’y avait plus d’impact radiologique sur le site », précise-t-il. En 2010, la société BPB Placo, qui possède déjà l’usine de plâtre voisine (l’une des plus grandes d’Europe), rachète les trois quarts du site. Elle souhaite détruire le bâtiment et installer une mine de gypse (le principal composant du plâtre) à ciel ouvert. Les associations s’inquiètent de nouveau : le site a-t-il été bien nettoyé ? Sans autorisation, le collectif Sauvons la Dhuis parvient à faire des mesures. « Nous sommes allés sur les points chauds identifiés par la Criirad. Notre appareil, un Radex, indiquait une valeur environ 30 fois supérieure au niveau naturel », raconte Christophe Nédélec. Au même moment, BPB Placo commence ses prospections en concertation avec l’IRSN. « On a recherché des traces d’uranium, mais on n’a rien trouvé », raconte Gilles Bouchet, responsable du développement des carrières à BPB Placo. L’Autorité de sûreté nucléaire (ARN) donne son aval.

Fort2Vaujours_Politis_22012014_05.jpg

Entre les rapports officiels des organismes publics et les résultats d’une expertise citoyenne, où se niche la vérité ? Dès qu’il s’agit d’atome, la méfiance est de mise. Mais BPB Placo défend son travail. « Nous contestons les mesures du collectif, réagit Gilles Bouchet. L’IRSN a mesuré deux fois ces points, de façon publique, et je pense qu’il est difficile de mettre en doute ses compétences. » L’IRSN a réalisé deux types de mesures : elle a d’abord recherché des rayonnements puis analysé des prélèvements. Une méthode « très sensible » selon Jérôme Joly. De son côté, Bruno Chareyron estime que « le Radex est relativement performant pour détecter l’uranium.

C’est une matière très difficile à détecter, il faut vraiment être à l’endroit exact de la présence d’uranium, et qu’il ne soit pas recouvert de terre. Les résultats des recherches du collectif doivent être pris en compte ». Depuis 2010, et malgré les doutes, la société BPB Placo a continué ses prospections, et les villes alentour ont voté la modification de leur plan d’urbanisation pour y intégrer le futur chantier. « Ici c’est “placoland” !, s’insurge Christophe Nédélec. Le lobby est très puissant. On nie l’évidence de la présence de radioactivité, sinon l’exploitation du site ne serait plus rentable. Tout le monde flippe pour l’économie, pour l’immobilier. »

Depuis le 6 janvier, la bataille a pris un tournant. Le collectif a lancé une pétition dans laquelle il demande à la préfecture une nouvelle étude indépendante et la mise en place d’une enquête parlementaire. Quinze jours après sa mise en ligne, elle a déjà recueilli 80 000 signatures. Christophe Nédélec a tourné une dizaine de vidéos pour permettre aux internautes de comprendre ce dossier complexe. Plusieurs médias ont relayé l’information, notamment le Parisien. Dans ses pages, des témoignages troublants : un ancien du CEA dit avoir manipulé des produits radioactifs sans précautions, un sous-traitant déclare avoir été exposé à la radioactivité, ce qui expliquerait son cancer de la thyroïde. « Nous avons toujours appliqué la loi et nous avions des délégués du personnel qui auraient signalé tout problème », commente Xavier Clément, du CEA. « Dans la pétition, il est dit que nous allons demander la levée des servitudes, ce qui est faux, précise Gilles Bouchet. Nous savons creuser des mines et, à Vaujours, nous ne déplacerons pas la terre autre part que là où c’est autorisé. » L’entreprise, qui désire répondre aux signataires, souhaite l’organisation d’une réunion publique.

Elle prévoit aussi de créer un centre d’information sur les travaux. « Nous nous conformerons à ce que nous demande l’État, et voulons prendre en compte les remarques de la Criirad pour lever toutes les incertitudes », assure le responsable de BPB Placo. Pour lui, il n’est pas question d’exposer qui que ce soit à un danger radioactif. Et les supposées parties contaminées puis bétonnées, que deviendront-elles ? « Si quelqu’un devait démonter les bâtiments, ces zones bétonnées le seraient sous le contrôle radiologique de l’IRSN », répond Xavier Clément. Un dernier élément vient ajouter aux inquiétudes : les résultats d’une étude sur la santé des habitants de Courtry, la ville voisine.

Réalisée en 2012, elle révèle des taux très élevés de décès dus à des tumeurs : 16 points de plus que la moyenne de Seine-et-Marne pour les hommes, 23 de plus pour les femmes. Des chiffres qui viennent s’ajouter aux constatations de médecins : le nombre de cancers de la thyroïde et de dérèglements hormonaux dans le voisinage serait anormalement élevé. « Ça ne peut pas avoir de lien avec la radioactivité, explique Jérôme Joly, de l’IRSN, puisque c’est l’iode qui provoque ce type de maladies, et non l’uranium dans l’état dans lequel il était utilisé ici. »

En réaction à ces résultats et à la crainte grandissante de la population, la communauté d’agglomération Marne et Chantereine, propriétaire du reste du fort, et qui prévoyait d’y installer une zone d’activité logistique, demande à l’Agence régionale de santé qu’une étude soit menée « pour lever toute incertitude et apporter des éléments de réponse ». BPB Placo espère malgré tout pouvoir commencer ses travaux en 2016. Elle promet que la friche industrielle deviendra bientôt une zone de verdure sur laquelle chacun pourra venir se promener. Quant au collectif, il souhaite se battre jusqu’au bout : « On va organiser des manifestations. On ne va pas s’arrêter. C’est la vie des gens qui est en jeu ! », conclut Christophe Nédélec.

jeudi 23 janvier 2014

Fort de Vaujours : Les dangers sous estimés des munitions non explosées

Fort de Vaujours : Les dangers sous estimés des munitions non explosées

Nouveau communiqué du Collectif "Sauvons la Dhuis : "

Dans nos précédents appels à signer notre pétition pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours (qui a déjà été signée par plus 80.000 personnes), nous n'avons parlé que brièvement des risques liés à la présence de munitions non explosées dans les sols du Fort de Vaujours.

Pour rappel, nous comptons sur votre participation à la manifestation que nous organisons Samedi 8 février 2014, de Coubron à Courtry. Le point de rendez-vous est fixé, place du Pâtis à Coubron (93470) à partir de 14h30.

Dans le livre édité par le Commissariat à l'Energie Atomique, "Si Vaujours m'était conté", il est raconté comment le CEA a tenté pendant 10 années de déminer le site (1956-1966). En effet, suite à l'explosion du dépôt de munitions du fort en 1944, il restait un nombre très important de munitions non explosées. Le fort de Vaujours a été aussi un temps utilisé comme lieu de destruction de munitions pour une partie de la Seine-et-Oise.

Fort2Vaujours_Explosion_1944_Web.jpg

Lors des campagnes de 2001-2002, la CRIIRAD a signalé que les campagnes de détection du CEA ne permettaient pas détecter les explosifs à plus de 50cm de profondeur.

Pour essayer de caractériser ces explosifs, des explorations ont été réalisées à la batterie Sud du Fort de Vaujours et autour de l'ancienne cafétéria, propriété de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine.

Ces recherches ont permis la découverte de munitions explosées et non explosées dans les talus de terres et la cour de la batterie Sud. Il a été mis à jour des obus non explosés de l'Armée Française et Allemande, de calibres divers, sous seulement quelques centimètres de terre, quand ils n'affleuraient pas !!! Ils ont été trouvés avec une telle facilité que cela nous interroge sur l'étendue des munitions non explosées qui subsistent sur le site ???

IMG_9849_50_51.jpg

La batterie Sud du fort de Vaujours, propriété de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine.

Il a donc été découvert, non explosés, des grenades quadrillées de la première guerre (ces engins sont depuis interdits par la convention de Genève), un nombre important de cartouches 8mm Lebel et 7,5mm ainsi que des obus allemands de défense anti-aérienne (8,8 et 2cm Flak). Il a été trouvé des débris d'obus de très gros calibres non identifiés avec des amorces contenant du Fulminate de Mercure. Il a aussi été identifié des ampoules de grenades Bertrand de 14/18, encore pleines de gaz militaire incapacitant !!!

Fort2Vaujours_Obus_DCA_02_Web.jpg

Obus de DCA Allemande trouvés dans les talus de la batterie Sud du fort de Vaujours

Il a été découvert dans un document d'archive du Service Historique de la Défense (côte CDAOA), l'existence d'un accident grave de déminage en 1947, "ayant entrainé une explosion malencontreuse à l'occasion de la destruction de munitions opérée par un entrepreneur privé". Cette explosion très puissante a entièrement détruit le passage couvert permettant l'accès à la batterie Nord du fort de Vaujours.

Fort2Vaujours_Deminage_01_Web.jpg

Campagne de déminage réalisée par le CEA de 1956 à 1966 (Source CEA)

Il est à noter que la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine autorise, depuis 2 ans, une association enregistrée à Vaujours à occuper la batterie Sud du Fort. Cette association y accueille des jeunes des environs, y organise des soirées. Ces activités sont contraires aux servitudes d'utilité publique qui frappent le site. En effet, le Ministère de l’Ecologie, précise que certaines activités y sont proscrites : "un usage résidentiel, des activités agricoles, des activités entraînant la présence régulière d’enfants, les établissements recevant du public et les lieux de rassemblement de personnes (parc public, camping, aire de spectacle, …) sont proscrits".

Ampoules de grenade Bertrand

Ampoules pour grenades "Bertrand" encore pleines de gaz de combat incapacitant.
25/01/2014 : Commentaire d'Herik

Étant dans le milleu du déminage, je viens apporter une petite correction. Ce ne sont pas des ampoules de grenades Bertrand, mais des ampoules d'un allumeur de mines allemands. Le Buck. Il n'a aucun effet incapacitant. Les grenades Bertrand étaient rondes et l'ampoule en verre se devait de l'être également. http://www.dbt-eod-012.com/theme_BuckZunder.htm

Quand on connaît la dangerosité des munitions non explosées qui ont été trouvées à la batterie Sud, associée aux contaminations radioactives et autres pollutions chimiques et en métaux lourds connus du site, cette autorisation d'accès par la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine est irresponsable.

En effet, à la lumière de cette autorisation et devant l'ampleur et la complexité conjuguée des risques, nous nous interrogeons très fortement sur la capacité de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine à gérer ce site sur les 15 hectares du Fort de Vaujours en sa possession.

Ainsi nous demandons, avec force, l'abandon définitif du projet de création d'une zone d'activité économique sur le fort de Vaujours.

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

lundi 20 janvier 2014

Fort de Vaujours : Appel à manifester Samedi 8 Février 2014 après-midi

Fort de Vaujours : Appel à manifester Samedi 8 Février 2014 après-midi

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à avoir signé la pétition du Collectif "Sauvons la Dhuis" pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du fort de Vaujours.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à vous indigner devant les projets surréalistes de Placoplâtre et de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine (CAMC), sur un ancien site du Commissariat à l'Énergie Atomique (CEA) contaminé par des matières radioactives, pollué aux métaux lourds, chimiquement souillé et piégé par des obus non explosés depuis la seconde guerre mondiale.

Dhuis_Manif02.jpeg

Novembre 2011, manifestation victorieuse pour empêcher la vente de 4,7 kms de la Dhuis à Placoplâtre.

Vous êtes déjà plus de 79.000 personnes à demander la vérité sur l'état de santé des populations locales qui souffrent, dans l'indifférence, de taux de décès par cancer anormalement élevés depuis des dizaines d'années.

Depuis le lancement de notre pétition, des anciens du CEA du Fort de Vaujours et des médecins du secteur se sont mis spontanément à parler et à nous soutenir. La chape de plomb est en train de se fissurer. L'heure de la vérité a sonné.

Devant les tentatives d'élus de minimiser la gravité de la situation, le silence absolu des services de l'ÉTAT, le jusqu'au-boutisme de Placoplâtre et les voeux pieux de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine :

Le collectif « Sauvons la Dhuis », vous invite à une marche pour dire :

NON aux projets de Placoplâtre et de la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine

POUR que tous les moyens soient donnés afin de trouver les causes des taux élevés de décès par cancer dont souffrent les riverains du Fort de Vaujours.

Cette marche aura lieu Samedi 8 Février 2014 à partir de 14h30. Le lieu du rendez-vous a été fixé sur la commune de Coubron (93470), au niveau la place du Pâtis.

Cette marche pour la santé des citoyens, d'une durée de 2 heures, permettra de faire un aller-retour de Coubron (93470) à Courtry (77181), entre la Seine-Saint-Denis et la Seine-et-Marne.

Dhuis_19112011_Manifestation_04.jpg

Novembre 2011, manifestation victorieuse pour empêcher la vente de 4,7 kms de la Dhuis à Placoplâtre.

Samedi 8 février 2014 à 14h30, d'où que vous soyez, nous comptons donc fortement sur votre participation afin de préserver la santé des habitants et des personnes qui interviendront sur le site et pour exiger que Placoplâtre et la Communauté d'Agglomération de Marne et Chantereine abandonnent DÉFINTITVEMENT leurs projets respectifs d'une carrière à ciel ouvert et d'une zone d'activité économique sur le fort de Vaujours.

Nous comptons également sur vous nombreux pour demander la levée du secret défense et la mise en place d'une commission d'enquête parlementaire relative aux conséquences des expérimentations nucléaires réalisées au Centre d'études du Commissariat à l'Énergie Atomique de Vaujours-Courtry.

Cette manifestation est avant tout une marche citoyenne et apolitique. Ainsi, nous demandons aux élus et membres de partis politiques souhaitant participer à cet événement de ne porter aucun signe distinctif et de n'envoyer aucun message à caractère politique.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers la manifestation sur Facebook : https://www.facebook.com/events/640101669358777

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

samedi 18 janvier 2014

Sauvons la Dhuis possède désormais sa page FaceBook

Afin d'être encore plus visible sur les réseaux sociaux, nous avons mis en place la page facebook du Collectif "Sauvons la Dhuis".

logo-facebook-twitter-3.jpghttps://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Cliquez sur le lien suivant :

https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Notre pétition pour la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours vient de passer la barre des 70.000 signataires.

Pour rappel : Le lien vers notre pétition sur Change.Org : http://www.change.org/FortdeVaujours

vendredi 17 janvier 2014

Le Fort de Vaujours s'invite à France 3

La rédaction de France en région Ile de France, en date du 16/01/2014 a décidé de faire sa une avec le Fort de Vaujours. Voici donc un extrait du JT diffusé au 19/20 ainsi que dans l'édition du Soir.

mercredi 15 janvier 2014

Fort de Vaujours : Déjà 55000 signataires de notre pétition

Fort de Vaujours : Déjà 55000 signataires de notre pétition

Lundi 06 Janvier 2014, nous avons lancé une pétition afin de demander la vérité sur la radioactivité et les pollutions du Fort de Vaujours.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Nous avons tenté d’expliquer la nature des expériences « connues » qui ont été réalisées sur ce Fort, situé à 20 kilomètres de Paris, par le Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), entre 1951 et 1997, afin de développer les détonateurs des bombes atomiques françaises.

Nous avons expliqué les pollutions radioactives, chimiques, en métaux lourds du site. Nous avons également signalé la présence de munitions et autres obus non explosés depuis la dernière guerre.

Nous avons révélé dans le cadre de cette pétition des taux anormalement élevés de causes de décès liés à des cancers sur la Ville de Courtry où se trouve le Fort de Vaujours. En effet, 52% des hommes et 49% des femmes décèdent de cancer à Courtry.

Nous demandons avec la plus grande fermeté que tous les moyens soient mis en œuvre afin de déterminer les causes exactes des taux anormaux de décès par tumeurs sur la commune de Courtry. Nous demandons que des études soient également réalisées à Coubron, Vaujours, Le Pin et Villeparisis.

Nous avons expliqué pourquoi il fallait s’opposer aux projets de la société Placoplâtre, filiale du groupe Saint-Gobain, qui désire y réaliser une carrière à ciel ouvert. Cette société est juge et partie de ses propres risques et de ceux qu’ils peuvent faire courir à leurs employés, sous-traitants ainsi qu'aux populations locales.

Devant la gravité de la situation, nous demandons l’arrêt du projet de Placoplâtre et la mise en place d'un réel périmètre de protection absolue du site afin qu'aucune occupation des sols et exploitation des sous-sols ne soient autorisées sur le fort de Vaujours.

Nous demandons la levée du secret défense pour que toute la lumière soit faite sur les activités du CEA au Fort de Vaujours afin de pouvoir caractériser l'ensemble des pollutions du site.

En 8 jours, vous avez été plus de 55000 personnes à nous avoir apporté votre soutien. Nous désirons par la même remercier notre partenaire Change.org qui nous apporte son soutien dans le cadre de cette pétition.

Depuis, les langues se délient, comme le montre cet article du Parisien, en date du 15 Janvier, où 2 personnes ayant travaillé pour le CEA se mettent à parler dans la presse. Ils confirment la contamination radioactive et l'absence d'une dépollution réelle du site.

Article du Parisien en date 15 Janvier 2014 : http://sauvons.dhuis.fr/post/2014/01/15/Fort-de-Vaujours-%3A-2-anciens-employés-du-CEA-font-des-révélations-dans-la-presse

L’un d’entre eux parle d’une grande fosse remplie de matériaux radioactifs. Il raconte s’en être approché par mégarde sans protection avant d'être interpellé sèchement par un homme en scaphandre qui lui aurait dit : "Nous, on est déjà foutus, on est irradiés, mais vous, dépêchez vous de sortir de là"

20 ans plus tard, malade d’un cancer de la Thyroïde, avec de la radioactivité dans le sang et la moelle épinière, il a décidé d’attaquer l’ETAT en justice.

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_06.jpg

Qu’ont réellement subi les populations locales et les personnes ayant travaillé au Fort de Vaujours entre 1951 et 1997 ?

Que risquent encore de subir les populations avec le projet de Placoplâtre qui affirme officiellement qu'aucune pollution radioactive n'a été trouvé sur le site depuis qu'ils sont propriétaires ?

Les pollutions enfouies sont-elles encore plus dangereuses que tout ce qui a déjà été trouvé sur le site par la CRIIRAD en 2001 ? Que contient ce conteneur de matériaux radioactifs enfoui dans une fosse ? A t'il été retiré par le CEA ? Est-il encore sur le site ? Si oui où se trouve t'il ? Existe t'il d'autres fosses ?

L’heure de la vérité a sonné. Merci de nous soutenir, si vous ne l’avez pas déjà fait, en signant notre pétition et en la diffusant au plus grande nombre.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Cordialement,

Le collectif SAUVONS LA DHUIS - http://sauvons.dhuis.fr

  • Nature Environnement 77
  • Villevaudé... Demain
  • Les Abbesses de Gagny-Chelles
  • Environnement 93
  • Les Amis de Carnetin
  • AJT Rando
  • Marne et Gondoire à Vélo

Fort de Vaujours : 2 anciens employés du CEA font des révélations dans la presse

Devant l'ampleur de notre pétition de, les langues se délient. Ainsi 2 anciens du Commissariat à l'Energie Atomique font des révélations très inquiétantes dans un article du Parisien.

Quelles matières radioactives ont été enfouies dans des fosses sur le Fort de Vaujours, au point qu'il fallait s'en approcher en scaphandre ?

Ils confirment et renforcent la pétition en ligne depuis 9 jours qui a déjà recueilli plus de 37000 signatures.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers chaine Youtube : Fort de Vaujours : Dormez braves gens http://www.youtube.com/playlist?list=PLDE726612A5FF3D55

« Je suis en procès contre le CEA »

Jean-Claude Antiga, 55 ans, a travaillé vingt ans au Commissariat à l’énergie atomique, au fort de Vaujours

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_13.JPG

Aujourd’hui chef d’entreprise dans le bâtiment, Jean-Claude Antiga a travaillé de 1977 à 1997 au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). « Je travaillais d’abord comme peintre puis, plus tard, j’ai créé mon entreprise et travaillé pour le CEA en tant que métreur. »

Il confirme qu’à l’époque, les ouvriers ne portaient aucune protection particulière, dans l’insouciance générale. « Au niveau du fort central (NDLR : où a été réalisé l’essentiel des tirs), il y avait un certain nombre d’arbres fruitiers et de champignons. Régulièrement, les employés venaient se servir et les rapportaient chez eux pour les manger. Et personne ne leur a jamais interdit de le faire ».

Idem pour ces employés qui « récupéraient la boue de la station d’épuration du CEA pour s’en servir d’engrais dans leurs jardins. Il y en a même qui se vantaient d’obtenir de beaux légumes! De la radioactivité, dans le coin, tout le monde en a mangé. »

S’il raconte avoir « nettoyé au Kärcher et en simple bleu de travail les casemates des tirs » et être intervenu en tant que peintre dans un certain nombre de zones classées « rouge », un souvenir l’a marqué plus que les autres. « Un jour, on m’a demandé d’aller repeindre une barrière qui entourait une grande fosse. Au fond, il y avait un conteneur rempli de matériaux radioactifs. Comme il y avait un sas pour y accéder, j’ai demandé à un ingénieur s’il fallait que je prenne des précautions particulières. Il m’a dit : Non, c’est seulement pour nous car il nous arrive de passer beaucoup de temps à l’intérieur ». J’ai donc commencé à peindre et au bout d’un moment, deux types équipés d’un scaphandre sont apparus et m’ont fait signe de sortir de là tout de suite. Ensuite, ils ont enguirlandé l’ingénieur qui m’avait laissé entrer sans protection puis ils m’ont dit : Nous, on est déjà foutus, on est irradiés mais vous, dépêchez-vous de sortir de là. »

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_06.jpg

L’événement ne lui reviendra en tête que vingt ans plus tard, en 2001, quand on lui diagnostique un cancer de la thyroïde. « Mon médecin m’a d’abord expliqué que cette forme de cancer était rare chez l’homme, à moins d’être exposé à de la radioactivité. Quand je lui ai dit que j’avais travaillé vingt ans au CEA, il a fait le lien tout de suite. Et ses doutes ont ensuite été confirmés par des analyses médicales, puisqu’on a retrouvé de la radioactivité dans mon sang et dans ma moelle épinière. »

Cela fait maintenant plus de dix ans que Jean-Claude se bat contre le CEA pour faire reconnaître sa maladie comme étant d’origine professionnelle. « Au début, ils m’ont proposé de l’argent pour que j’abandonne mes poursuites. Comme j’ai refusé, ils ont ensuite nié que j’avais travaillé sur le site. » Ces premières embûches franchies, Jean-Claude attend que la justice se prononce sur le fond.

« Les poussières radioactives partaient directement dans l’atmosphère »

Un ancien responsable des applications militaires au CEA de Vaujours

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_05.jpg

Il a travaillé près de dix ans au fort de Vaujours et prévient d’entrée de jeu : « Je ne cracherai pas dans la soupe ». Cet ancien de la direction des applications militaires se dit « fier » de son parcours professionnel et d’avoir participé au développement du nucléaire militaire français. Mais il veut quand même raconter ce qui s’y passait alors. « Les précautions prises à l’époque par le CEA ne sont pas celles d’aujourd’hui. Par exemple, les employés du site ne portaient aucune protection particulière (masque, gants…). Aujourd’hui, si un ouvrier intervient en zone irradiée, il travaille dix minutes puis doit faire une pause de deux heures. Mais dans les années 1960, les décontamineurs travaillaient six à huit heures d’affilée par jour. »

Notre témoin rappelle aussi que quand il était en activité, le CEA a fait réaliser « de nombreux tirs dans les casemates. Il est évident qu’elles sont toujours contaminées ». Par ailleurs, une bonne partie des activités du CEA étant classées « secret défense », « nous réalisions des essais avec des explosifs dont on ne connaissait même pas la composition ». Quant à la décontamination, elle était minimale. « Après les tirs, on allumait la ventilation dans les casemates et les poussières radioactives partaient directement dans l’atmosphère ». Quand l’armée a quitté les lieux, « le site a été nettoyé de la façon la plus stricte, c’est-à-dire uniquement au niveau des points chauds répertoriés par la Criirad », dans le respect des normes françaises. Des normes qu’il estime aujourd’hui « trop légères ».

Articles complémentaires du Parisien :

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_03.jpg

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_04.jpg

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_07.jpg

- page 2 de 4 -