Deux projets de Placo creusent à nouveau l'inquiétude

Après la réunion de la commission locale de concertation et de surveillance (CLCS) par les sous-préfets du 77 et 93, le collectif « Sauvons la Dhuys » exprime sa colère suite aux projets de Placoplatre sur Villevaudé et Vaujours- Courtry.

Explications de Marie-Françoise Pian, porte-parole du collectif.

Suite à votre mobilisation, la mairie de Paris a renoncé, en mai dernier, à céder un tronçon de la Dhuys (4,7 km) à Placoplatre, au grand soulagement des neuf associations fédérées par votre collectif. Pourquoi ce nouveau mécontentement ?

Marie-Françoise Pian :

Placoplatre, premier exploitant de gypse en France, n'a pas dit son dernier mot. D'autres projets sont dans ses cartons, dont celui de la destruction du bois Gratuel sur Villevaudé, à l'intersection de la 034 et 0105. Ce bois est traversé par l'aqueduc et la promenade de la Dhuys qui font partie intégrante du corridor écologique, cette trame verte qui relie les départements du 93 et du 77.

Que reprochez-vous au projet ?

Placo a présenté son projet 'd' exploitation à ciel ouvert du bois Gratuel dont il est propriétaire, ce qui aboutira à détruire la majeure partie du bois débouchant sur la promenade de la Dhuys. Or, ce bois possède un réseau important de mares naturelles abritant un grand nombre d'espèces protégées. De plus. le projet est contraire aux normes liées au périmètre de protection de ce bien reconnu d'utilité publique qu'est la Dhuys, car il doit laisser des bandes de protection sanitaires de 40 mètres de large de part et d'autre de son emprise.

Que comptez-vous faire ?

La demande d'exploitation va être déposée auprès des services de l'Etat en mars 2013. Nous sommes fermement opposés à la destruction du bois et demandons au plâtrier que l'extraction du gypse se fasse en cavage afin que l'aqueduc de la 'Dhuys et ses milieux environnants soient préservés. Le fort de Vaujours, autre propriété de Placo depuis 2010 et à cheval sur Courtry, subira une exploitation de gypse à ciel ouvert vers 2015 avec un risque de pollution lié au déplacement des terres contaminées lors des essais nucléaires réalisés sur l'ancien site du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Nous restons donc très attentifs et n'hésiterons pas à appeler à une mobilisation générale si la Dhuis s'avérait à nouveau menacée. Propos recueillis par S. M.

Placoplatre défend son projet

Philippe Cortial, directeur Mines et carrières chez Placoplatre, a tenu à apporter des précisions.

Les réserves s'épuisent les deux projets présentes visent à assurer la pérennité du premier site industriel d'Europe de fabrication des produits à base de plâtre. L'épuisement à moyen terme des réserves disponibles nécessite de prévoir deux nouvelles exploitations en carrières à ciel ouvert.

Avant toute éventuelle autorisation administrative, ce projet et son étude d'impact seront soumis à enquête publique et avis des collectivités concernées. D'ici là, Placoplatre poursuivra la concertation avec chaque commune et les associations. Seule une exploitation à ciel ouvert permet la récupération des trois couches de gypse avec 100 % de la ressource, contrairement au souterrain où seulement 35 % sont exploitables.

Moins nuisible à ciel ouvert

L'exploitation à ciel ouvert' permet une remise en état sécurisée avec des reboisements et une ouverture au public à terme. De même, elle supprimera tout risque d'effondrement du bois en éliminant les vieilles galeries souterraines présentes (impossible en exploitation souterraine).

Concernant l'ancien site du CEA et du fort de Vaujours, Placoplatre a présenté des études proposant un suivi radiologique durant l'exploitation. A ce jour toutes les mesures, en surface comme en profondeur dans les roches et les eaux, n'ont pas permis de déceler une quelconque anomalie par rapport à la radioactivité naturelle. La valeur de 33 fois la norme indiquée par « Sauvons la Dhuis» est totalement fausse, comme l'ont constaté les nombreux contrôles réalisés par l'IRSN (Ndlr : Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire) et les membres de la CLCS venus en 2011 vérifier ce point dont la valeur réelle est de 0,1 microsievert par heure, soit celle du fond naturel.

Les mesures relevées sont cohérentes avec les remarques de la CRI/RAD (Ndlr : Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité) qui par ailleurs ne s'oppose nullement à l'ouverture d'une carrière. l'arrêté préfectoral - qui devrait autoriser l'exploitation - définira l'ensemble des prescriptions réglementaires. Philippe Cortial tient enfin à souligner « que seul ce projet permettra de supprimer une friche industrielle du paysage. Après exploitation, ce secteur sera réaménagé en espace naturel exempt de tout risque. ».

Dhuis_LaMarne_122012_web.jpg