Devant l'ampleur de notre pétition de, les langues se délient. Ainsi 2 anciens du Commissariat à l'Energie Atomique font des révélations très inquiétantes dans un article du Parisien.

Quelles matières radioactives ont été enfouies dans des fosses sur le Fort de Vaujours, au point qu'il fallait s'en approcher en scaphandre ?

Ils confirment et renforcent la pétition en ligne depuis 9 jours qui a déjà recueilli plus de 37000 signatures.

SIGNER LA PÉTITION EN LIGNE SUR CHANGE.ORG A L'ADRESSE SUIVANTE : http://www.change.org/FortdeVaujours

Rejoignez nous sur Facebook : https://www.facebook.com/sauvonsdhuis

Lien vers chaine Youtube : Fort de Vaujours : Dormez braves gens http://www.youtube.com/playlist?list=PLDE726612A5FF3D55

« Je suis en procès contre le CEA »

Jean-Claude Antiga, 55 ans, a travaillé vingt ans au Commissariat à l’énergie atomique, au fort de Vaujours

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_13.JPG

Aujourd’hui chef d’entreprise dans le bâtiment, Jean-Claude Antiga a travaillé de 1977 à 1997 au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). « Je travaillais d’abord comme peintre puis, plus tard, j’ai créé mon entreprise et travaillé pour le CEA en tant que métreur. »

Il confirme qu’à l’époque, les ouvriers ne portaient aucune protection particulière, dans l’insouciance générale. « Au niveau du fort central (NDLR : où a été réalisé l’essentiel des tirs), il y avait un certain nombre d’arbres fruitiers et de champignons. Régulièrement, les employés venaient se servir et les rapportaient chez eux pour les manger. Et personne ne leur a jamais interdit de le faire ».

Idem pour ces employés qui « récupéraient la boue de la station d’épuration du CEA pour s’en servir d’engrais dans leurs jardins. Il y en a même qui se vantaient d’obtenir de beaux légumes! De la radioactivité, dans le coin, tout le monde en a mangé. »

S’il raconte avoir « nettoyé au Kärcher et en simple bleu de travail les casemates des tirs » et être intervenu en tant que peintre dans un certain nombre de zones classées « rouge », un souvenir l’a marqué plus que les autres. « Un jour, on m’a demandé d’aller repeindre une barrière qui entourait une grande fosse. Au fond, il y avait un conteneur rempli de matériaux radioactifs. Comme il y avait un sas pour y accéder, j’ai demandé à un ingénieur s’il fallait que je prenne des précautions particulières. Il m’a dit : Non, c’est seulement pour nous car il nous arrive de passer beaucoup de temps à l’intérieur ». J’ai donc commencé à peindre et au bout d’un moment, deux types équipés d’un scaphandre sont apparus et m’ont fait signe de sortir de là tout de suite. Ensuite, ils ont enguirlandé l’ingénieur qui m’avait laissé entrer sans protection puis ils m’ont dit : Nous, on est déjà foutus, on est irradiés mais vous, dépêchez-vous de sortir de là. »

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_06.jpg

L’événement ne lui reviendra en tête que vingt ans plus tard, en 2001, quand on lui diagnostique un cancer de la thyroïde. « Mon médecin m’a d’abord expliqué que cette forme de cancer était rare chez l’homme, à moins d’être exposé à de la radioactivité. Quand je lui ai dit que j’avais travaillé vingt ans au CEA, il a fait le lien tout de suite. Et ses doutes ont ensuite été confirmés par des analyses médicales, puisqu’on a retrouvé de la radioactivité dans mon sang et dans ma moelle épinière. »

Cela fait maintenant plus de dix ans que Jean-Claude se bat contre le CEA pour faire reconnaître sa maladie comme étant d’origine professionnelle. « Au début, ils m’ont proposé de l’argent pour que j’abandonne mes poursuites. Comme j’ai refusé, ils ont ensuite nié que j’avais travaillé sur le site. » Ces premières embûches franchies, Jean-Claude attend que la justice se prononce sur le fond.

« Les poussières radioactives partaient directement dans l’atmosphère »

Un ancien responsable des applications militaires au CEA de Vaujours

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_05.jpg

Il a travaillé près de dix ans au fort de Vaujours et prévient d’entrée de jeu : « Je ne cracherai pas dans la soupe ». Cet ancien de la direction des applications militaires se dit « fier » de son parcours professionnel et d’avoir participé au développement du nucléaire militaire français. Mais il veut quand même raconter ce qui s’y passait alors. « Les précautions prises à l’époque par le CEA ne sont pas celles d’aujourd’hui. Par exemple, les employés du site ne portaient aucune protection particulière (masque, gants…). Aujourd’hui, si un ouvrier intervient en zone irradiée, il travaille dix minutes puis doit faire une pause de deux heures. Mais dans les années 1960, les décontamineurs travaillaient six à huit heures d’affilée par jour. »

Notre témoin rappelle aussi que quand il était en activité, le CEA a fait réaliser « de nombreux tirs dans les casemates. Il est évident qu’elles sont toujours contaminées ». Par ailleurs, une bonne partie des activités du CEA étant classées « secret défense », « nous réalisions des essais avec des explosifs dont on ne connaissait même pas la composition ». Quant à la décontamination, elle était minimale. « Après les tirs, on allumait la ventilation dans les casemates et les poussières radioactives partaient directement dans l’atmosphère ». Quand l’armée a quitté les lieux, « le site a été nettoyé de la façon la plus stricte, c’est-à-dire uniquement au niveau des points chauds répertoriés par la Criirad », dans le respect des normes françaises. Des normes qu’il estime aujourd’hui « trop légères ».

Articles complémentaires du Parisien :

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_03.jpg

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_04.jpg

LeParisien_Fort-de-Vaujours_15012014_07.jpg