Article du Parisien en date du 19 Mai 2014 :

500 manifestants contre la carrière au fort de Vaujours

A l'appel de l'association Sauvons la Dhuis et d'EELV 93, 500 manifestants ont réclamé l'arrêt des démolitions engagées par Placoplâtre.

« Casse-toi, placo ! », pouvait-on lire samedi sur les pancartes des manifestants massés devant l'usine Placoplatre. Près de 500 personnes s'étaient donné rendez-vous pour demander l'arrêt du chantier de démolition engagé par le géant du plâtre au fort de Vaujours. Ancien centre d'expérimentation du Commissariat à l'énergie atomique (CEA), le site, qui a fermé en 1997 après quarante ans d'essais de détonique à l'uranium, montre une radioactivité anormale dénoncée depuis 2001 par les associations locales et la Criirad (Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité).

LeParisien_19052014.jpg

Propriétaire de 40 ha de ce site classifié pollué par le ministère de l'Environnement et frappé d'une servitude d'utilité publique par la préfecture depuis 2005, Placoplatre a déjà démoli quelque 26 bâtiments. Lundi dernier, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire a publié sur son site une note d'information dans laquelle le protocole de démolition établi par Placo est jugé « insuffisant ».

« Nous nous battons depuis des années pour que la pollution du site à l'uranium, mais aussi à d'autres substances hautement toxiques, soit reconnue par le CEA, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et Placo, a rappelé au micro Christophe Nédelec, de l'association Sauvons la Dhuis. En 2011, nous avons effectué nous-mêmes des mesures et, en deux heures et de nuit, nous avons trouvé des points chauds radioactifs à plus de trente fois la norme ! Ce qu'a fini par confirmer l'ASN le 25 février dernier, après que tous les acteurs nous ont traités d'affabulateurs ! Aujourd'hui nous demandons l'arrêt du chantier de démolition engagé en catimini par Placo, qui n'a même pas attendu l'avis de l'ASN sur son protocole ! »

En première ligne de la manifestation, la sénatrice (EELV) de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, a rappelé son engagement à organiser une réunion de travail avec la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avant l'été. Mais elle a surtout demandé un moratoire et « l'arrêt de la démolition avant que des études indépendantes soient réalisées sur l'ensemble du site ».

Le candidat aux européennes et ex-secrétaire national EELV, Pascal Durand, s'est, de son côté, engagé à aider à « faire stopper la démolition devant les tribunaux ». « La logique de Placo est celle du fait accompli, alors que l'on sait maintenant officiellement que le site est pollué, c'est indécent ! ».

Présent hier, le maire (DVD) de Courtry, Xavier Vanderbise, également vice-président de Marne et Chantereine, propriétaire d'une partie du fort, a assuré « qu'aucuns travaux ne seraient engagés par la communauté de communes avant que des études soient faites ! » « Je me suis rendu sur le chantier et les conditions de travail ne m'ont pas satisfait. Je vais demander au plus vite un rapport de l'inspection ! », a déclaré l'élu après avoir appelé à une éventuelle nouvelle mobilisation. « Il faudra se rendre à la préfecture et chez Placo en semaine pour faire barrage ! »

A ses côtés, dans le cortège, Grégory Jurado, conseiller municipal d'opposition Front de gauche, a demandé au maire de Courtry « de faire stopper la démolition par tous les moyens, notamment en utilisant son pouvoir de police ». Une solution qui était sur toutes les lèvres dans les rangs des manifestants.

Des « espions » dans les rangs

Si le ton de la manifestation était plutôt calme samedi, un épisode a montré que les manifestants pouvaient aussi montrer les dents. Eric Flamant, chargé de mission pour Placo, faisait partie du cortège. En « civil », c'est-à-dire sans le costume qu'il porte habituellement, celui qui est présenté comme un consultant par BPB Placo s'est fait huer par les manifestants qui l'ont accusé d'être « un espion infiltré », avant d'être obligé de quitter la manifestation. Certains ont même affirmé l'avoir vu « renseigner la police en donnant les noms des meneurs de la manifestation ». « Il a osé dire que les travaux de démolition n'entraîneraient pas l'exploitation de la carrière ! », a déclaré Didier Delperoux, d'EELV 93.

LeParisien_19052014_02.jpg

Sur Internet circule une vidéo qui montre Eric Flamant lors d'une réunion d'information chez un membre de l'opposition à Vaujours (Seine-Saint-Denis), José Da Silva. Il y déclarait alors en 2012 : « S'il y a un risque, ce sont nos ouvriers qui le prendront ! » Une sortie qui n'avait, à l'époque, pas échappé aux militants. D'autres intrus ont été aperçus durant la manifestation, écoutant les conversations et les entretiens privés des journalistes.

A l'issue du mouvement, Placoplatre a diffusé un communiqué assurant que « le projet d'exploitation est à un stade d'études jusqu'à fin 2015, qu'il sera soumis à autorisation préfectorale sur tous ses aspects : techniques, environnementaux et sanitaires ». Le géant du plâtre s'est également réjoui de l'éventualité d'une prochaine concertation constructive avec Ségolène Royal.

Marion Kremp | 19 mai 2014, 07h00